Author: Mia

CFDA Fashion Awards – Presenter

CFDA Fashion Awards – Presenter

CFDA Fashion Awards – Red Carpet

CFDA Fashion Awards – Red Carpet

‘Blood Ties’ UK Trailer

‘Blood Ties’ UK Trailer

A Conversation with Marion Cotillard

A Conversation with Marion Cotillard

How did you meet the Dardenne brothers?
We met briefly in Belgium, on the set of Jacques Audiardʼs Rust and Bone; a very short meeting, between two elevators. I was slightly in awe, as I have always admired them so much… A few months after Rust and Bone was released my agent called me and said that Luc and Jean-Pierre wanted to offer me a part. I couldnʼt believe it. I thought working with them was beyond of my reach.

Why?
I know that working in the US would open doors to certain filmmakers for me. But the Dardennes? I couldnʼt even imagine it… they donʼt usually work with actors like me. Cécile de France worked with them on The Kid With a Bike, but sheʼs Belgian and her appearing in their universe was less astonishing than me doing the same. So it was a real surprise they contacted me, and an absolute joy.

How would you define their cinema?
Each of their films closely observes the realities of society while taking new cinematic risks. They make real auteur films – you canʼt get much more auteur than Luc and Jean-Pierre – but manage to defy any categorization! Their cinema is absolutely universal.

What was your first reaction when they offered you the role of Sandra?
During our first meeting I was bubbling with ideas, just like a kid! I tried really hard to hold it all in but it had to come out. I said: “Iʼm so happy to be working with you, I could turn somersaults!” I had to tell them how I felt before moving on to more serious business!

How did they present Two Days, One Night to you?
They spoke a little about the filmʼs subject, but I really discovered Sandraʼs story when I read the screenplay. I realized what a beautiful real-life hero she was and what a challenge it would be for me to play this part: a woman who meets each of her colleagues and tries to convince them to reconsider their vote. The aspect of repetition meant I would have to work hard on nuances and variations.

How would you define Sandra?
She is an ordinary woman, a worker who knows what things cost, because she has to. She understands why some (of her colleagues) have chosen to pocket the thousand Euro bonus rather than voting for her to keep her job. No one knows what she would have done in their place and the film doesnʼt judge anyone. Thatʼs what makes it so powerful. She suffers from depression…

In one scene she even says: “I am nothing”. This feeling of uselessness lives deep inside her, as it does for a lot of people who donʼt know how to deal with their work or the lack of it. Several months before we shot the film, I had been deeply shocked to read articles and reports about work-related suicides, people whoʼd rather end it all than endure this feeling of being useless. The film echoes with some of these events that had struck me so.

How do the Dardenne brothers work?
We rehearsed for over a month – a crucial phase. It was all about working on the locations, the energy of the characters, and the rhythm of the scenes. This work is as complex as it is essential work, all the more so since the brothers shoot in long takes. I had to lose my French accent, which I was dreading the most, without falling into a faked Belgian accent, which would have been a real mistake. These rehearsals allowed me to be more comfortable with the whole Belgian aspect…

The film carefully avoids any self-indulgent dwelling on the sordid side of life.
With the Dardennes, the intent must always stay in the shadows, and this suits me. Even when my parts lend themselves to a ʻperformanceʼ I always try to conceal my acting, so the audience can be with the character and her emotions. When you like working this way, you canʼt ask for anything more than working with the Dardenne brothers.

How do they direct actors on set?
Thanks to all the work achieved during rehearsals, Luc and Jean-Pierre can concentrate above all on the actorsʼ work during the shoot. They are demanding like no one else… Each and every detail matters so much that they will do things again and again. Thatʼs the price for the intensity and truth in their films. Had they asked me to shoot 250 takes for one scene, I would have done it. I never grew sick of it… Iʼve never been directed like this before.

You and Fabrizio Rongione make a very believable couple.
Rehearsals had a lot to do with it. On a film like this you have to meet before the Shooting starts. Rehearsals allowed us to get used to each other. Fabrizio is a Dardenne brothers old hand: he has appeared in most of their films. He fits very well in their world because he shares the same authenticity. I was very lucky to work with him under their direction.

The part of Sandra is very different to the roles you have played in the US recently.
I have always dreamed of this kind of diversity, going from one to the other. I feel extremely lucky to be able to switch worlds like this. I have realized the dream I had as a young actress: to explore different genres and territories, with real filmmakers.

Will Two Days, One Night remain a special film in your career?
Yes, for sure. I have had some fabulous experiences but this one was the deepest and the most idyllic of all. I have never felt so taken care of by a director – sorry, two directors! Luc, Jean-Pierre and I were “accomplices” from the first to the last day of shooting. When the time came for the last shot I felt so very sad to know it was over.

Would you like to work with the brothers again?
Whenever they want! They donʼt even need to show me a script, Iʼll accept right away. Iʼd love be their new Jérémie Renier or Olivier Gourmet.

Once again you find yourself in competition at Cannes, a year after James Grayʼs The Immigrant. And two years after Jacques Audiardʼs Rust and Bone.
To climb the red carpet with Luc and Jean-Pierre, who have made their cinema live at Cannes, itʼs magic, nothing less. They took me on such a cinematic and human adventure that nothing could make me happier than to be beside hem at the Festival.

Acharnée

Acharnée

Héroïne de “Deux jours, une nuit”, des frères Dardenne, présenté en compétition, l’actrice revient sur les cinéastes (James Gray, Jacques Audiard) qui ont marqué sa carrière

Marion Cotillard est assise sur un canapé, dans le salon de son agent. « Ça ne vous dérange pas que je fume ? », demande-t-elle et la voilà qui plonge aussitôt dans son sac à la recherche de son tabac. Car elle roule elle-même ses cigarettes, non sans une certaine maladresse qui la fait sourire. « Ça ressemble à un pétard, vous ne trouvez pas ? Heureusement que vous ne filmez pas ! »

Elle accepte des rôles complexes, délicats, étranges. Des performances qui lui donnent souvent du fil à retordre. « Je sais, et ça ne s’arrange pas avec le temps. En début d’année, j’ai accepté de jouer Macbeth, sous la direction de Justin Kurzel (Les Crimes de Snowtown), avec Michael Fassbender. En anglais… Une pure folie ! Faudra que je me décide à comprendre, un jour, pourquoi je me pourris ainsi la vie. Mon problème, c’est d’obéir à des coups de cœur. Je choisis d’abord, je réfléchis après… »

Mais elle choisit bien. La revoilà à Cannes pour la troisième année consécutive. Après Jacques Audiard (De rouille et d’os, 2012) et James Gray (The Immigrant, 2013, superbe mélo incompris), elle a rejoint l’univers de Jean-Pierre et Luc Dardenne. Dans Deux jours, une nuit, elle interprète une ouvrière qui cherche à convaincre ses collègues de la soutenir pour lui éviter le renvoi…

Les frères Dardenne

« Je peux me montrer combative pour tourner avec un ­cinéaste que j’aime, mais les Dardenne me paraissaient inaccessibles. Ils étaient trop loin de moi, de ma filmographie… Quand ils m’ont appelée, il m’a semblé, comme dans un conte, entrer dans un monde qui, en tant que spectatrice, me transportait. J’avais vu tous leurs films plusieurs fois et, au début, je leur ai posé un tas de questions de fan, au risque de les soûler ! Dans Le Fils, par exemple, mon préféré avec Le Gamin au vélo, j’avais été émerveillée par une scène où l’enfant passe à l’arrière de la voiture conduite par Olivier Gourmet. C’est simple, en apparence. En fait, le plan est d’une complexité technique incroyable. Et j’avais la chance qu’ils me l’expliquent en détail, à moi, leur spectatrice…

C’est ce que j’aime en eux : ils ne cessent de penser au spectateur, contrairement à tant de cinéastes qui le considèrent comme… peut-être pas inutile, mais surnuméraire. Attention, la question n’est pas, pour eux, de plaire au spectateur, de le séduire à tout prix, mais au contraire de le dérouter et de le surprendre. Il reste présent dans leurs pensées à chaque étape de leur travail… Jean-Pierre et Luc commencent par répéter, durant des semaines, seuls tous les deux. J’aurais vraiment aimé être une petite souris pour les observer, jouant ainsi tous les rôles et esquissant leurs futurs mouvements de caméra… Ensuite, un bon mois durant, se tiennent les vraies répétitions, dans les décors et avec les comédiens. Là, ils ne se préoccupent pas encore du jeu des acteurs, mais moi, dans l’énergie de leurs plans séquences, je choisissais déjà les attitudes et les intonations du personnage. Ils m’ont cependant demandé d’effacer mon accent parisien. “Pour en adopter un belge ?”, ai-je demandé. “Juste quelques résonances”, ont-ils répondu. Bon !…

Comme actrice, je n’ai pas de méthode. Mais pour certains rôles plus compliqués je commence, dès les répétitions, à travailler de mon côté avec les éléments que j’ai, et surtout avec ceux que je n’ai pas. Je m’isole dans ma chambre, des soirées entières, et je médite. Peu à peu, au cours de ces rêveries, des images m’apparaissent, des musiques aussi, des bouts de scènes qui me révèlent le personnage, ses ­secrets, ses manques, ses doutes. Ce qui le fait avancer, ce qui le bloque, ce qui le met en colère. Certaines trouvailles ne me plaisent pas forcément, mais je les garde. Et je les note sur un carnet. Certaines pistes disparaissent, d’autres persistent et je m’y accroche. Elles deviennent des évidences pour toute l’aventure du tournage.

Je suis sûre que beaucoup me trouveront bêtassonne, ridicule ou prétentieuse. Je m’en fous, ça m’aide… Sur le film des Dardenne par exemple, où tout est minutieusement écrit, moi, je me disais constamment : “A quoi pense-t-elle quand elle ne dit rien ? Pourquoi a-t-elle fait une dépression ? Comment s’en est-elle sortie ? A-t-elle conscience du mal qu’elle a pu causer à ses proches ?…” Et je me plongeais dans mon carnet. Tout ce que j’ai pu imaginer et y noter, personne ne le connaît, pas même les frères. Ça ne regarde que moi. C’est mon boulot.

Il m’a été utile, ce carnet ! Car les Dardenne sont d’une méti­culosité incroyable. A la fin d’un plan séquence de huit minutes, ils sont capables de me dire d’enfiler ma chaussure droite, de respirer trois secondes – pas quatre ! – et de verser deux larmes – pas une, deux – tout en enfilant ma chaussure gauche. Et on recommencera soixante fois le plan séquence s’ils n’en sont pas satisfaits. Moi, ça me ravit, ça m’excite. Mais quand, au bout de plusieurs heures, je me sentais moins sincère, hop ! je puisais dans mon carnet d’autres pistes, d’autres repères pour leur donner l’émotion qu’ils attendaient. »

James Gray

« Avec James Gray, j’ai moins eu besoin de mon petit carnet. Je n’avais pas à inventer le passé de mon personnage, parce que James le nourrissait lui-même en me parlant de ses origines, de sa famille. C’est un conteur extraordinaire ; il adore, à travers ce qu’il dit, vous aider à éprouver ce qu’il veut. Avec lui, l’inspiration vient de l’information.

Le plus dur, pour moi, c’était les accents. J’avais un coach pour me faire parler anglais avec un accent polonais. Et un autre pour me faire parler polonais sans accent du tout… Évidemment, dans ma pauvre tête, je voyais tous les Polonais de la Terre venir voir le film et hurler de rire. A la fin de chaque prise, au grand étonnement de James – ce qui me rendait folle de rage – je me ruais sur mes vingt-deux pages en polonais pour travailler la prononciation encore et encore. Stress total…

James ne dirige pas aussi précisément que les Dardenne – personne ne le peut ! Mais pour la scène de l’église, il s’est montré méticuleux. Avant d’émigrer en Amérique, Ewa, mon personnage, était infirmière. “Elle a donc le goût des autres”, m’expliquait-il et il voulait que, filmée de très près, j’exprime cette dévotion. Sa foi en Dieu, sa passion pour sa sœur et même son affection pour cet homme amoureux qui la prostituait. C’est un personnage de Dostoïevski, Ewa ; elle a la capacité d’entrevoir la lumière en chaque être, même le plus sombre. De déceler la beauté chez celui qui refuse de la voir en lui… 

On a beaucoup travaillé. De prise en prise, on a essayé de magnifier la scène, de faire naître des intensités différentes, jusqu’à l’hystérie pure – comme dans ces chaînes de télé américaines où les fidèles se perdent dans la démesure. James voulait que le spectateur sente le don total d’Ewa. Son sacrifice absolu. Je ne me souviens plus du détail de ses indications, mais le mot qui m’a accompagnée tout le temps était « incandescence ». Et c’est ce qu’est le film, je crois, pas forcément émouvant, mais incandescent. J’ai parlé à James du reproche de froideur qu’on allait lui faire. Il m’a répondu, étonné : “Mais je suis ainsi.” En fait, c’est un hypersensible qui prétend ne pas l’être, sans que l’on sache vraiment s’il croit lui-même à ce qu’il dit. »

Jacques Audiard

« J’aimerais parfois être Daniel Day-Lewis. Il va voir les décideurs : “Je veux six mois de répétition, sinon je ne fais pas le film”… Pour De rouille et d’os, j’ai fait exactement l’inverse. J’étais à Hollywood – je finissais Batman –, donc je ne pouvais pas assister aux répétitions prévues. Et comme je venais d’avoir un bébé, je n’étais pas très disponible le soir, après les prises. Je sentais Jacques frustré et ça m’angoissait. Je ne voulais pas qu’il me croie indifférente, je-m’en-foutiste, paresseuse. Au contraire, j’adorais le personnage. Aussi abîmée soit-elle, Stéphanie est le rôle le plus sexy que j’ai jamais joué. A tel point que j’ai adoré tourner ses scènes d’amour. Généralement pour moi, c’est une épreuve, une horreur… Là, j’étais heureuse qu’elle puisse, soudain, un peu grâce à moi, redécouvrir la sensualité, le sexe, le plaisir. Sa renaissance me bouleversait…

Jacques traîne toujours un « cahier B », parallèle au scénario officiel : il y écrit des scènes qu’il tournera ou non, mais qui, même tournées, ne se retrouveront pas forcément dans la version définitive. J’ai cru remarquer qu’il se montrait nettement plus directif quand il utilisait son « cahier B » : la scène où je répète les gestes de mon numéro avec les orques, il me l’a fait recommencer un nombre incalculable de fois… En fait, c’est après le tournage qu’il m’a, je crois, appréciée. Sans doute a-t-il compris que je regrettais de ne pas avoir pu lui apporter, aux répétitions, ce qu’il souhaitait. On doit se ressembler. Avec lui, on ne sait pas toujours où l’on va, mais quand on y arrive, on le sent… Je déteste décevoir mon réalisateur : mon rêve, à chaque fois, c’est de plonger dans son univers pour tenter d’y trouver, avec lui, des parcelles d’authenticité. Tout le reste, c’est de l’inutile. Du superflu… »

En compétition

Deux jours, une nuit, de Jean-Pierre et Luc Dardenne, en salles le 21 mai.

Post Archive:

Page 3 of 302 1 2 3 4 5 6 302