Day: September 5, 2013

Marion Cotillard in a TV Magazine 1996

I have no idea whether this indeed is Marion Cotillard’s first magazine appearance but it’s certainly the first I have in my extensive magazine collection. 20 year old Marion Cotillard was promoting her first leading role in TV movie ‘Chloé‘. I’m sure you’re as excited as I am about this gem!

Filming took place in the roads of Liège during nights – it was constantly very cold. She said that director Dennis Berry had already showed her this screenplay while he directed her for an episode of ‘Highlander‘. But she didn’t want to play the part then. When the screenplay was rewritten 2 years later she wanted to play Chloé, a girl full of hope and searching for the absolute. She dove into the part saying to herself that she might never again get to play such a strong character (little did she know hehe). The nude scenes didn’t bother her as they weren’t gratuitious but rather important for the character’s credibility.

Hobbies while not filming included at the time reading and looking out the window, admiring the trees. She also had the habit of preparing Mexican dishes for her friends and serving them while they were all watching football on TV.

Kindly do not redistribute the magazine scans at another Marion Cotillard fan site as they were scanned exclusively for ‘Magnifique Marion Cotillard’. Thank you.

Press:
Marion Cotillard la petite fugueuse, Télé Poche, June 3, 1996

Gallery:
002 Scans from 1996 > Télé Poche (France) – June 3

Gros plan sur la génération 2000

Gros plan sur la génération 2000

C’est la nouvelle vague des acteurs français. Plusieurs d’entre eux sont nominés pour les Césars du meilleur espoir. La relève est assurée.

Ils sont le cinéma français de l’an 2000. Quelque quarante jeunes comédiens sélectionnés pour avoir tourné, avec talent, au moins un film en 1998. Parmi eux, le jury de la 24ème Nuit des Césars a selectionné dix candidats pour le César de l’espoir. Cinq de ces nominés, Hélène de Fougerolles, Rona Hartner, Guillaume Canet, Romain Duris et Samy Naceri, manquent à notre photo de classe, excusés pour cause de tournage. Ces garçons et filles d’aujourd’hui, réunis sur la terrasse de Canal+, sont tous en piste pour figurer aux génériques de demain. Mais en direct, sur la chaîne du cinéma, le 6 mars, ils seront deux, seulement, à recevoir, de leurs pairs, leur sésame officiel pour la IIIème millénaire.

Marion Cotillard “TAXI”

“Mes parents, comédiens, m’ont passé le virus.

Depuis toute petite, je baigne dans l’ambiance du théâtre. Mes parents, comédiens, m’amenaient souvent avec eux dans les coulisses. Et lorsqu’un metteur en scène avait besoin d’un bébé ou d’un enfant, souvent ma mère me proposait. Vers 6 ans, j’ai tourné dans deux téléfilms. Je crois même que ces tournages ont été déclencheurs de ma vocation de comédienne. A la maison, à Orléans, où nous vivions, mes parents et leurs copains comédiens m’impressionaient. C’est à cet âge que j’ai décidé d’apprendre à mon tour le théâtre. Et c’est au sein même de ma famille que j’ai trouvé mon maître, mon modèle, celle qui a su retirer de moi le meilleur : ma mère. Lorsque je me suis rendue au casting de “Taxi” de Gérard Pirès, j’étais dans une phase de flottement. Sans être vraiment découragée, j’avais mesuré la difficulté de réussir dans le cinéma. Et je me suis dit : “J’ai 23 ans. Si je ne décroche pas le rôle, il faudra envisager de faire autre chose.” Je m’y suis donc rendue gonflée à bloc, en me répétant : “Tu n’as rien à perdre. Sors tout ce que tu as dans le ventre.” J’ai réussi à passer les premiers essais. Il fallait maintenant que je rencontre Luc Besson, le producteur. Le choix final lui appartenait. Jamais je n’ai autant flippé! Je suis repartie persuadée d’avoir raconté n’importe quoi, et sûre d’avoir perdu le rôle de Luline. Eh bien non.”

Marion Cotillard

Marion Cotillard

23 ans. Vue notamment dans Taxi de Gérard Pirès (nommée au César du meilleur espoir 99). On la retrouvera dans Furia d’Alexandre Aja et Du bleu jusqu’en Amérique de Sarah Lévy.

“J’ai toujours voulu être comédienne, mais sans vraiment me demander pourquoi. Je sais pourtant aujourd’hui que je fais ce métier pour deux raisons majeures. Premièrement, car il me permet de prendre tellement goût à une forme de travail qu’il m’arrive d’être submergée de bonheur en jouant. Et deuxièmement, parce que c’est le métier qui me met le plus en danger par rapport à tout mon passé émotionnel et affectif.”