Month: May 2012

Marion Cotillard Talks Rust and Bone and Loving Her Baby Son Marcel

from Popsugar.com (US) / by Allie Merriam

Marion Cotillard is at Cannes this week chatting up her latest movie Rust and Bone. She wore Dior last night for the red carpet premiere of the film, and posed alongside costars Matthias Schoenaerts, young actor Armand Verdure, and director Jacques Audiard. The picture is ready for audiences after Marion and Matthias worked on it together last Fall in the South of France. Marion plays Stéphanie in the film, a killer-whale trainer whose life is changed after a tragic accident. So far, the Rust and Bone reviews are positive.

We caught up with the actress today at a press event this morning. Marion chatted about getting into the mindset to play Stéphanie, as well as about her career. She also touched on how life is different now that she’s a mom to 1-year-old Marcel, and whether or not she consults with her husband, director and actor Guillaume Canet, before making a big career decision. Marion also gushed about her Inception and Dark Knight director Christopher Nolan. She said:

• On motherhood changing her approach to work: “When I am in the character, it’s completely the character. But usually when I work, I create this environment — especially that most of the time I am out of Paris and France — so I can create a new apartment in a new house or a hotel room. I can create a special environment that I need. I will entirely go back to myself when the movie is finished . . . [but during production] someone is sharing my body and is there most of the time. With my son it’s impossible to take someone else home . . . There is this human being that I love more than anything, and who needs me.”

• On consulting with Guillaume before accepting a role: “It’s usually all for myself. If I need advice, I will obviously ask the people I love and the people I trust. Usually, I create my own little world and deal with it.”

• On it being easier to act in French: “To play in French is definitely less demanding than playing in English with Polish accent or Italian or even French accent. Simply because I don’t have to think about how I say the words. I don’t have to think about, ‘Does it sound French?’ Because it will obviously sound French! But I love working in English. It’s very, very interesting.”

• On being tough like her character, Stéphanie: “I definitely have strength . . . it would be a long conversation on how strength is manifested in yourself, but there’s very few things that — actually I don’t think there’s one thing I could think about that could put me down.”

• On working with Christopher Nolan: “I really love this guy. He’s so, so smart. He is such an amazing director and author. It’s very rare to work with a director in Hollywood, especially on big, big movies like Batman, who not only directs the movie but writes the script. It’s very, very unusual . . . It’s massive, but it’s also very, very intimate. I love this about him. He loves real things, real connections, real feelings.”

• On using her celebrity to spread awareness about the environment: “If you manage to spread what you think — because you think what you think is right — it’s a beautiful thing to meet people who are not aware. Because there are still people who are not aware of what we are going through and what the world is going through. It’s a good thing to share, and to change, step by step.”

The Many Faces of Marion Cotillard

from The Hollywood Reporter / by Stephen Galloway

From a mystery role in the “Dark Knight Rises” to a paraplegic whale trainer in “Rust and Bone,” the once-self-loathing actress known as France’s Angelina Jolie has Hollywood giving her the royal oui as she heads to Cannes for the first time.

Marion Cotillard heard from her CAA agent Hylda Queally in late 2010 that director Christopher Nolan wanted her for a role in his next movie. The French actress, of course, was ecstatic. “I’m like, ‘Wait a minute, his next movie is supposed to be Batman!’ And I’ve always been obsessed with Batman.”

Her heart sank, however, when she learned The Dark Knight Rises — the final part of Nolan’s Batman trilogy — would likely start shooting in May 2011, precisely when her first child, Marcel, with actor-director Guillaume Canet, was due. “I called Chris and said, ‘My God, I can’t do that!’ ” Luckily, Nolan — who already had worked with the star on Inception — was prepared to wait. ” ‘I’m writing now and nothing is impossible,’ ” the actress recalls him telling her. ” ‘We don’t know where we are shooting, and I’ll try to make it work.’ ”

The fact that one of Hollywood’s top directors was prepared to change his shooting schedule and maybe even his script for the most anticipated movie of 2012 — all based on Cotillard’s availability — was indicative of how big a superstar the 36-year-old has become in the four years since she won an Oscar for playing the tiny, gut-wrenching singer Edith Piaf (known in France as “the little sparrow”) in La Vie en Rose.

With a gentle, almost ethereal presence, Cotillard since has exhibited a screen persona that stands in stark contrast to the ferociously intense Piaf. But it has endeared her to major directors ranging from Woody Allen (Midnight in Paris) to Steven Soderbergh (Contagion) to Rob Marshall (Nine) to Michael Mann (Public Enemies). One of the few international actresses to have found success in America (fellow French stars Isabelle Adjani and Juliette Binoche have come and gone), Cotillard is a Hollywood favorite, having recently wrapped director James Gray’s still-untitled Ellis Island period piece with Jeremy Renner and Joaquin Phoenix.

“I knew she was a great artist,” says Mann, recalling how she boldly plunged into the dark realm of Chicago’s strip clubs to research aspects of her role as the half-French, half-Indian Billie Frechette, a bartender and singer who becomes involved with John Dillinger in Public Enemies. “But what I found with her was it’s all about the work, all about the commitment. Her energy evolves from this devotion to acting as an art. You don’t want anything else.”

Now she comes to the Cannes Film Festival competition for the first time, having been unable to attend last year for Midnight in Paris after giving birth. Her presence on the Riviera unites France’s No. 1 star with its foremost art house director, Jacques Audiard, whose previous film, A Prophet, was nominated for a foreign-language film Oscar in 2010.

Their joint effort, Rust and Bone, may sound trite — it’s the story of a young whale trainer (Cotillard) who gets into a terrible accident that leaves her paraplegic then becomes involved with a homeless fighter (Matthias Schoenaerts) — but given Audiard’s gritty, brutal style, nobody expects this to be Free Willy français. (The film had not been screened at press time. It will be released in the U.S. by Sony Pictures Classics this year.)

Rust has not been without controversy. Just two weeks before Cannes, the French blogosphere lit up after Cotillard told a French magazine, Obsession (a spinoff of the highly respected Le Nouvel Observateur), that she had shot the movie when she was still meant to be exclusively available for Knight.

Blog headlines such as “Marion Cotillard: Secrets and Lies in the Last Audiard” indicate how scrutinized the Angelina Jolie of France is. Of course, there are perks (a multimillion-dollar deal as the face of Lady Dior; almost $1.5 million a film, a gigantic sum in France) but also drawbacks. A female stalker was arrested by the FBI in August; Cotillard hasn’t seen her cat, Touftouf, in two years because she’s been working so hard; and she still isn’t used to the ever-present paparazzi. “I was 4-1/2 months pregnant and I went to this store in Paris. I was in the dressing room and looked at my belly, and they took a picture!” she recalls. “It was horrible. It really made me sick physically.”

She also admits she isn’t accustomed to having her words watched so closely. She was widely criticized for comments made on French television in 2007 that implied the World Trade Center was not hit by real planes: “I think we’re lied to about a number of things,” she said. “We see other towers of the same kind being hit by planes. Are they burned? There was a tower, I believe it was in Spain, which burned for 24 hours. It never collapsed. None of these towers collapsed. And there, in a few minutes, the whole thing collapsed.”

Cotillard now regrets her statements. “It’s kind of easy to say, ‘It was taken out of context,’ because people now think that’s a way to hide something,” she says, wrapping a shawl over her simple black T-shirt and satin pants — casual and with no makeup — to ward off the frigid air-conditioning. “It was totally stupid to talk about this on TV. It was not serious, and I really regret that I talked about such a painful subject for so many people in this very light way. I know people who lost family members or friends in this tragedy.”

♦♦♦♦♦

The actress started filming Knight in June 2011, working on and off until the fall in locations including Los Angeles, New York and Pittsburgh. She says there were long gaps when she wasn’t needed: “It was a very, very small role.”

Otherwise, Cotillard is coy about the picture, whose storyline has fueled pages of Internet speculation. All she’ll confirm is that, contrary to some fans’ belief, she does not play Talia, the vengeful daughter of Liam Neeson’s character, Ra’s Al Ghul (who also appeared in Batman Begins), and that she takes the role of Miranda Tate, an ecologically minded businesswoman who “is fascinated by Wayne Enterprises. They go through difficulties, and she wants to help provide the world clean energies. She’s a good guy.” But does she stay that way? “Yes,” she insists.

Cotillard’s commitment to Nolan left her unable to rehearse with Audiard, and she admits he was “sometimes not very happy” about that. “It was frustrating.”

Adds Audiard: “At one point, I was afraid. So I said to myself: ‘We don’t know each other; we don’t know the character she plays except in bits and pieces. Let’s make a virtue of this.’ That’s exactly what we did, and it worked.”

The actress had only encountered the director briefly at France’s Cesar Awards when he approached her for his film. With Marcel on hand, they met in Paris in the middle of last year to discuss the movie. As Audiard remembers, “We spoke for 18 seconds about the film, and the rest of the time we talked kids.”

Cotillard has a slightly different recollection: “It was very unclear for me who the character was. She was very mysterious.” To her surprise, rather than being bothered by this, “Jacques said: ‘Yes, I have the same feeling. When I start a movie, I never know who these people are.’ So we took the road together to find her.”

That road wasn’t easy. Cotillard had just days to prepare before Rust started shooting in the fall in Antibes, France. “I knew I wouldn’t have a lot of time to rehearse, and it was very disturbing to me because Jacques works a lot with the cast before he starts a movie,” she says.

It wasn’t only her fellow actors she had to worry about. There were killer whales, too.

“It was a very weird experience because I came back from the United States and was totally jetlagged,” she remembers. “I arrived directly in Antibes where their Marineland water park is. I’ve always had a repulsion going in a place where animals are in captivity. I had to work through my rejection of this world, which I still feel. But I had a job. And even though the orcas are as big as trucks, they’re animals, and you have a connection with them.”

Cotillard had to quickly improve her swimming skills: “Training in the Mediterranean was hard because I couldn’t use my legs and there were strong currents, and it was freezing in October.” And she had mere days to learn some of the simple whale tricks, such as looking in a certain direction while pointing, because “if you keep staring at her,” says Cotillard of her whale co-star, “she won’t move.” She felt guilty about withholding fish treats when the orcas didn’t obey her.

Following a fatal accident involving a whale trainer at Florida’s SeaWorld Orlando and another nonfatal incident at Marineland, Cotillard was never allowed in the water with the orcas, and the screenplay had to be altered as a result. At first, “The accident was meant to happen with me on the nose of the whale,” she explains. Now the whale erupts from the pool and strikes her directly.

She was surprised to find Audiard — who has a reputation for being intense and driven — less somber than she had expected. “He has this grin on his face all the time,” she says.

He was equally impressed with her: “The day we shot, it was no longer an actress that we had but a trainer of orcas. She blew me away.”

Three months after she began, following sleepless nights and trips back to the U.S., Cotillard was exhausted. “I was working all the time; my son was not sleeping,” she says. “Not sleeping, working, taking care of a kid — I had never been that tired.”

♦♦♦♦♦

Growing up, Cotillard was full of self-loathing: “I really didn’t know how I would spend my life. I didn’t like anything about myself — my looks, my personality. I was very, very angry.”

That persisted until a mini-intervention by her then-boyfriend when she was in her late 20s. “He would look at me and go, ‘Why are you hurting yourself, when it’s so easy not to be angry? Try another way.’ And I did.”

Born in Paris in 1975, Cotillard was brought up in the suburb of Alfortville, Paris’ equivalent of an inner city in the U.S. “I was living in an HLM,” the projects, she says. “I come from ‘la cite.’ That’s who I am. As they’d say here, ‘I’m still this girl from the Bronx.’ ”

Her parents, while not wealthy, both belonged to the theater: Her father started as a mime and then became a director, while her mother was an actress who worked with famed directors including Daniel Mesguich and Ariane Mnouchkine.

“I have very vivid memories of going with her to rehearsals,” Cotillard recalls. “I was fascinated. I always wanted to be an actress.”

Life changed as her father found growing success, working as a director and starting his own company, leading the Cotillards (including Marion’s younger twin brothers) to abandon Alfortville for the countryside near Orleans, some 80 miles outside Paris. Suddenly, she was an outsider. “We were in a huge house and it was beautiful, but that was a totally different world,” she explains. “I was ‘The Parisian,’ even though I was not coming from Paris.”

She longed to act, and started doing so while still in her teens, then moved to the capital, where she lived in a run-down area near the Gare du Nord train station, surviving on occasional acting jobs such as My Sex Life … or How I Got Into an Argument and the comedy La Belle Verte (both from 1996), and by making colorful key chains that she sold to candy stores.

In her 20s, she got her first big break as the hero’s girlfriend in the 1998 action-comedy Taxi. It was followed by her Cesar-winning role as Tina Lombardi in 2004’s A Very Long Engagement — and finally, in 2007, the movie that made her name: La Vie en Rose.

Called La Mome or “The Kid” in French, the film tells the story of Piaf’s arduous life from growing up in a brothel to becoming a singer to losing her great love in an airplane crash to becoming a morphine addict. Making the movie created a battle for its director, Olivier Dahan, who insisted on having Cotillard in the lead before she was a bankable name. With a tight schedule, she rarely slept during the shoot.

“A very good friend told me, ‘Well, Edith Piaf wouldn’t sleep at night, and maybe that’s why you’re not sleeping,’ ” she notes. “Maybe. But I would sleep during the makeup sessions and I was kind of happy when they lasted five hours!”

Roger Ebert called Cotillard’s performance “extraordinary,” and the Oscar turned her from a working actress into a celebrity.

“She is alive to the world, to a neighborhood, to an ambiance,” says Mann. “She just goes on an adventure with you.”

That adventure has included pictures like Nine (Marshall’s version of Fellini’s 8-1/2) and Inception, which followed an intense immersion course in English, when she found Hollywood eager to meet this bright new star. But it also led to a career that has taken her away from home for long periods of time — making our meeting place, New York City’s NoMad Hotel, all too appropriate.

Having a child and being part of a family “redefines your priorities,” she says, while noting the trio are spending six months in New York. She has divided her time between the U.S and France for much of the past couple of years and would like that to change. “But I never know in advance where I’ll go next.”

♦♦♦♦♦

After finishing Rust and Bone, Cotillard only had a few weeks off, during which she had to learn Polish to play an immigrant in the James Gray project and cook for 10 people every day, since “My family couldn’t come all together, so we had three Christmases. Basically, I cooked all the time.”

She did this while pursuing an interest in singing (she’s part of a rock band, Yodelice); devouring books including recent favorites Musicophilia by Oliver Sacks and Extremely Loud and Incredibly Close by Jonathan Safran Foer; and sticking with her commitment to the environment.

Some years ago, Cotillard toyed with abandoning acting to become an environmental activist. She decided she had to stick with her first passion, but her commitment to the environment has led her to work with Greenpeace, and in 2010 she went to Congo, which has the second largest rainforest on earth and is in danger of devastation from industrial logging.

“The first days, I was totally depressed,” she says. “I thought, There’s nothing we can do to save this forest. But now I think we can change things, if we really want to.”

Her work for now must come first. Just a few days after our April 27 meeting, she was scheduled to start shooting her next film, Blood Ties, a crime drama set in 1970s New York, directed by Canet, whom she met in 2003 when they worked on Love Me If You Dare. Initially friends, they have been together for the past five years, since his divorce from actress Diane Kruger; he directed Cotillard in the upcoming Aug. 24 release Little White Lies.

She’s struggling to learn Italian for their new movie — with a Brooklyn accent, to boot. “I don’t know why, but it’s very difficult for me,” she admits in her nearly flawless English. “And I am always very scared that I won’t be good enough.”

♦♦♦♦♦

7 FAVORITE FILMS

The Great Dictator (1940)
It’s a Wonderful Life (1946)
I Am Cuba (1964)
The Party (1968)
The Elephant Man (1980)
The King and the Mockingbird (1980)
Tandem (1987)

Marion Cotillard : "Moi qui détestais les Marineland…"

du Le Monde / par Isabelle Regnier

Petite chenille du cinéma français devenue, depuis son triomphe dans La Môme et l’Oscar qui l’a couronnée en 2008, une icône glamour d’Hollywood, Marion Cotillard a accompli ces dernières années une mue spectaculaire.

La jeune fille pétulante qui s’était fait un nom avec Taxi (1998), qui avait imposé sa mine fraîche et son aplomb sans chichi dans une myriade de petits films, qui s’était fait remarquer, aussi, pour des saillies déroutantes dans les médias, est aujourd’hui une diva, en compétition pour le Prix d’interprétation féminine à Cannes pour la première fois.

La voix suave, la féminité exacerbée, les hésitations les yeux levés au ciel… son personnage public est aujourd’hui aussi rodé que ceux qu’elle compose à l’écran. Et ce jusqu’aux petites brèches qu’elle refuse de colmater, son péché mignon pour le chocolat par exemple, pour lequel elle est prête à se jeter par terre si un morceau lui tombe des mains, et à crier : “Je te mangerai quand même, qu’est-ce que tu crois !”

Comment est née votre collaboration avec Jacques Audiard ?

Je ne le connaissais pas. Mais il faisait partie des cinéastes avec qui j’avais envie de tourner. Et en même temps, je ne pensais pas qu’il aurait envie de travailler avec moi un jour…

Pourquoi ?

Je n’en sais rien.

A priori, interpréter un tel personnage, avec les jambes amputées, cela vous semblait-il attirant ? Effrayant ?

J’avais entendu parler du film bien avant qu’on me contacte pour le rôle. Mais à aucun moment je ne m’y suis projetée. Penser que la comédienne allait devoir travailler dans un Marineland était pour moi rédhibitoire. Malgré toute l’admiration que j’ai pour Jacques Audiard, malgré l’envie très forte que j’avais de travailler avec lui.

Qu’est-ce qui vous gênait ?

La captivité. J’ai une totale aversion pour les parcs aquatiques, pour les zoos, pour les aquariums. Toute cette beauté enfermée me rebute complètement…

Vous êtes engagée dans des causes écologiques…

Oui, mais c’était plus instinctif. Je me disais juste : ça, c’est quelque chose que je ne pourrai jamais faire. Et puis la vie en a décidé autrement.

C’est-à-dire ?

C’est-à-dire que j’ai fait le film, que je me suis retrouvée au Marineland à filer des poissons aux orques, à leur faire faire des sauts périlleux arrière !

Comment avez-vous appris à travailler avec les cétacés ?

Ce n’était pas évident de réussir à les considérer comme de vrais animaux, de ne plus les voir comme des bêtes de foire. J’avais tous ces préjugés, liés à un tas de documentaires que j’ai vus, des films militants, contre la captivité des animaux, où le soigneur est diabolisé. Et puis je débarque, et ce que je vois, ce sont ces hommes qui aiment ces animaux à la folie. Cela n’a pas entamé mon aversion pour ce genre d’endroits, je n’irai toujours pas dans des zoos ni dans des Marineland. Mais j’ai vu cette relation entre l’homme et l’animal et c’était plutôt beau.

A une époque, vous avez refusé un contrat publicitaire pour L’Oréal.

Ouh ! C’est vieux cette histoire ! Je ne me souviens même plus comment ça s’était passé, ils m’avaient fait faire un truc que j’étais incapable de faire. Etre mannequin, c’est un métier.

N’était-ce pas justement lié à vos convictions ?

C’était en réaction aux tests sur les animaux. Mais cela remonte à 1998 je crois, ou 1999. Et je crois qu’ils ont changé leur politique depuis. Ils y sont obligés maintenant de toute façon.

Au-delà des collants verts qui ont permis de faire disparaître vos jambes au tournage, comment fait-on, techniquement, pour jouer un personnage cul-de-jatte lorsque l’on a soi-même des jambes ?

J’ai regardé des documents. Il se trouve que les gens qui marchent avec des prothèses marchent absolument normalement. Mais nous avons voulu donner à Stéphanie une démarche cinématographique. On lui a donné une canne, parce que cela racontait quelque chose. Et je lui ai donné cette façon de marcher un peu étrange. Coller à la réalité, bizarrement, n’aurait pas été réaliste. Parfois la réalité n’est pas crédible au cinéma.

Ce rôle tranche beaucoup avec ceux que vous avez joués, ces dernières années, aux Etats-Unis, où des cinéastes comme Michael Mann, Christopher Nolan vous ont donné une aura exotique, un peu éthérée… Stéphanie est au contraire un personnage très terrien, qui renvoie plus à ce que vous incarnez dans le cinéma français.

C’est vrai. Pendant quelques années, je me suis promenée dans toutes sortes d’univers, à travers des personnages dont on ne racontait pas l’histoire forcément du début jusqu’à la fin. J’ai ressenti le besoin de revenir à des premiers rôles. Stéphanie est un personnage qui me bouleverse. Je crois que je suis touchée par les personnalités qui se débattent, mais qui n’abandonnent pas. Qui ont suffisamment de pulsion de vie pour qu’il se passe quelque chose dans la leur, et que cela les y ramène, de manière très intense.

Vous reconnaissez-vous dans ce personnage ?

Je pense, oui.

Actrice française la plus en vue aux Etats-Unis, la mieux payée en France, vous avez acquis, très rapidement, un statut colossal. Qu’est-ce que cela induit en termes de liberté, de contrainte ?

Je ne pense pas être l’actrice française la plus célèbre aux Etats-Unis. Pour beaucoup de gens, mon nom ne représente rien. Alors que Catherine Deneuve, tout le monde sait qui c’est. Bien sûr ce statut m’apporte une grande liberté. Je viens de jouer une Polonaise chez James Gray, j’avais joué une Indienne chez Michael Mann, je suis en train de jouer une Italienne dans le film de Guillaume Canet. Autant de voies possibles, différentes, pour explorer l’humain.

Avez-vous des moments de stress, une peur de faire des mauvais choix ?

Pas de stress du tout. J’ai l’immense chance d’avoir de très belles propositions, des rôles sublimes. Je me retrouve dans des situations dingues, en pleine hallucination, à dire non à des cinéastes avec qui je n’aurais même pas rêvé tourner…

Marion Cotillard : «Je suis folle de joie !»

de Le Parisien / par Alain Grasset

Ce soir, Marion Cotillard gravira les marches du palais pour le — splendide — nouveau film de Jacques Audiard, « De rouille et d’os », sorti aujourd’hui en salles. La comédienne de 36 ans y incarne Stéphanie, une dresseuse d’orques, grièvement blessée au cours d’un numéro… Cinq ans après « la Môme » et son Oscar de la meilleure actrice, elle est en compétition officielle au Festival de Cannes pour la première fois de sa carrière.

Vous vous apprêtez à fouler le tapis rouge. Heureuse ?

MARION COTILLARD. Oh oui! Je suis folle de joie de monter les marches. Ce sera la première fois avec un film en compétition. Et je suis fière de défendre « De rouille et d’os » de Jacques Audiard. Me retrouver dans cette salle qui a accueilli tant de films, tant de chefs-d’œuvre, tant de réalisateurs, tant d’acteurs, quel bonheur! Un Festival magique.

L’année dernière, vous n’aviez pas pu venir pour « Minuit à Paris », de Woody Allen…

J’aurais bien aimé. Mais j’avais quelque chose de plus important qui se passait dans ma vie. (NDLR : la compagne de Guillaume Canet était sur le point de donner naissance à un petit Marcel.)

A cause du tournage du prochain « Batman », de Christopher Nolan, vous avez failli ne pas faire « De rouille et d’os »…

Au-delà des problèmes de contrat, puisque j’étais sur le nouveau « Batman », on s’est posé des questions avec Jacques Audiard parce qu’il y avait un travail de préparation à faire avec les orques avant le tournage. Moi, j’ai besoin de partir à la rencontre d’un personnage pour en découvrir les facettes. D’en avoir une connaissance profonde. Or j’ai débarqué sur « De rouille et d’os » trois jours avant le premier clap. J’étais extrêmement fatiguée et en grand décalage horaire.

Jacques Audiard vous désirait vraiment pour jouer Stéphanie…

Oui! Bien qu’il ait pour habitude de travailler beaucoup en amont avec les comédiens, il a accepté que je fasse le film sans pratiquement aucune préparation. C’est angoissant, ça provoque des frustrations. A un moment donné, on s’est d’ailleurs dit qu’il manquait des bouts au personnage de Stéphanie. Mais, c’est un personnage mystérieux.

Qui est Stéphanie ?

A la première lecture du scénario, je ne savais pas qui elle était. Jusqu’ici, j’avais réussi à trouver des évidences à tous mes personnages. Pas avec Stéphanie. Jacques m’a nourrie de ce qu’il pensait d’elle. Il m’envoyait des messages, des mails, à la veille des tournages… J’ai gardé l’idée du western, du cow-boy, avec une part de féminité, grande et brisée en même temps. Au départ, cette fille ne sait pas quoi faire avec la vie et avec la violence qui est en elle. Et cette violence va la couper en deux.

Savez-vous pourquoi Audiard vous a choisie ?

Non! Et je n’éprouve pas le besoin de savoir pourquoi un metteur en scène a envie de travailler avec moi.

Selon vous, Jacques Audiard, c’est qui ?

Un poète. Un grand artiste. Quelqu’un qui va chercher l’authenticité et qui y met de la poésie. C’est comme ça qu’il réussit des œuvres magnifiques. Il y a une très belle dynamique sur son plateau avec tous les gens qui travaillent avec lui depuis longtemps. Il a fallu que je m’intègre dans la famille Audiard.

Comment joue-t-on une handicapée ?

Je n’ai pas l’impression d’avoir joué une handicapée, au moment où elle n’a pas de jambes. En fait, quelqu’un qui est handicapé physiquement ne peut pas être défini par ça.

La scène où vous êtes face à une orque a été difficile à tourner…

J’avais une appréhension à aller dans ce milieu de captivité. Au départ, je considérais les orques comme des bêtes de foire. Puis il y a eu une première rencontre qui s’est bien passée. Une autre, plus tard devant la vitre. Là, c’était magique! La connexion était forte. Le jour du tournage, j’étais dans une bulle. Il n’y avait plus que l’orque et moi. C’est alors que j’ai fait un geste qu’elle n’a pas compris. Elle s’est énervée et a ouvert sa gueule en me hurlant dessus. On a alors changé d’animal et on a tourné avec celui avec lequel j’avais répété. Et là, la magie a opéré. Il suivait tous mes gestes.

La Marion Cotillard de « la Môme » (2008) est bien différente de celle d’aujourd’hui ?

Beaucoup plus fatiguée ! (Rires.) Mais c’est vrai. Il y a tellement de choses qui se sont passées dans ma vie depuis cinq ans. Je suis quelqu’un qui avance toujours. J’aime ma vie. Je refuse beaucoup de films pour me consacrer plus à ma famille.

Marion Cotillard: D'Aventure et de passion

de Studio Ciné Live / par Thierry Chèze

Dans De rouille et d’os, de Jacques Audiard, elle incarne une dresseuse d’orques ayant perdu ses jambes. Ce mélo brut lui offre son premier grand rôle depuis La Môme. Et elle y livre une prestation bouleversante, qui fera date dans son parcours. En voici les petits et grands secrets.

Est-ce que tourner pour Jacques Audiard faisait partie de vos rêves?

Je n’avais jamais imaginé qu’un cinéaste comme lui ait, un jour, envie de travailler avec moi. Ça me paraissait même impossible. D’ailleurs, quelques semaines avant qu’il propose de me rencontrer, j’avais entendu parler de son projet, lors d’un dîner chez des amis où quelqu’un avait évoqué le fait qu’il cherchait l’actrice de son prochain film. Et vraiment, à aucun moment, je ne m’étais projetée.

Est-ce que cela peut s’expliquer par le fait que, contrairement aux États-Unis où vous tournez régulièrement avec des metteurs en scène réputés, les auteurs français n’ont jamais semblé désireux de vous intégrer dans leur famille?

Ce sentiment est né le jour où mon agent d’alors m’a raconté qu’un réalisateur que j’admirais n’avait aucune envie de me rencontrer car le cinéma que je représentais n’était pas le sien. Et, comme ce metteur en scène est un auteur confirmé – produit par le même producteur que Jacques -, cette réflexion est toujours restée ancrée en moi. Mais sans pour autant que cela me frustre. Car je suis persuadée que ce sont les films, les cinéastes et les rôles qui viennent vous chercher. Pas le contraire. Je ne me fixe donc aucune limite mais ne rêve pas non plus. Ce qui fait que je n’en souffre pas. D’ailleurs, quand j’ai rencontré Jacques pour la première fois, j’ai instantanément oublié cette soirée dont je vous parlais. Elle m’est revenue à l’esprit sur le tournage, à Antibes. Car je me suis soudain souvenue que, lors de ce dîner, quand j’avais appris que le personnage était une soigneuse d’orques, je m’étais dit que, malgré toute mon admiration pour Audiard, il y a des choses que je serais incapable de faire. Comme passer des journées dans un Marineland avec des animaux en captivité ! C’est réussi, non (rires)?

Qu’est-ce qui vous a frappée lors de votre première rencontre avec Jacques Audiard?

Jacques est à la fois cérébral et incandescent. On sent très vite l’incroyable passion intérieure qui l’anime, une énergie de création bouillonnante canalisée par une très grande intelligence.

En sortant de ce rendez-vous, aviez-vous la certitude que vous joueriez dans le film ?

Ce projet est arrivé à un moment où j’étais en train de tourner The Dark Knight Rises. Mon contrat m’interdisait d’accepter tout autre film. J’avais très peu de jours mais étalés sur quatre mois. Du temps libre donc, mais sans pour autant être autorisée à faire autre chose car ils pouvaient m’appeler à tout moment. Ce qui, pour la petite histoire, s’est d’ailleurs produit ! Il m’est aussi très compliqué de parler de cette aventure sans évoquer – ce que je déteste pourtant – ma vie privée. À ce moment-là, j’étais la toute jeune maman d’un enfant de 4 mois que je nourrissais. Je suis même allée avec lui à ce premier rendez-vous avec Jacques (rires). Tous ces éléments auraient pu le faire fuir. Car il m’allait être impossible de passer du temps en répétition en amont avec lui, alors qu’il travaille ainsi avec ses acteurs. Mais il a accepté de me confier le rôle de Stéphanie.

Et vous, vous n’avez jamais hésité?

Je me suis évidemment posé la question de ma capacité à tenir ce rôle, alors que mon esprit et mon corps ne seraient pas à 100 % dédiés à cette aventure. J’étais surtout effrayée de ne pas être à la hauteur de ce que Jacques attendait. Mais son scénario m’a bouleversée et mon envie de travailler avec lui l’a emporté.

Comment avez-vous construit ce personnage en aussi peu de temps?

À chaque fois que j’ai accepté un film, je m’y suis entièrement plongée du début à la fin. Je mettais ma vie entre parenthèses. Or là, c’était impossible. Voilà pourquoi, si cette aventure a été parfois douloureuse, souvent difficile, elle fut, au final, entièrement nouvelle et passionnante. J’ai tout de suite été fascinée par le personnage de Stéphanie mais je l’ai aussi vite ressentie très éloignée de moi. Toute connexion immédiate avec elle m’apparaissait impossible. Et cela a d’ailleurs participé à mon désir d’accepter ce projet: quand je tourne un film, j’aime ressentir cette possibilité de ne pas en être capable. Là, je ne savais pas si j’allais réussir à comprendre Stéphanie. Mais j’étais persuadée que mon chemin vers elle allait être à la fois excitant et vertigineux. Je me suis rapprochée d’elle grâce à son rapport à la chair. Le déclic s’est produit le jour où, sur le plateau, j’ai assisté à une des scènes, brutales et sauvages, de combat de boxe d’Ali, avec qui mon personnage se lie après son accident. Plus la chair était brutalisée, plus je me sentais libérée, soulagée… C’est un sentiment étrange à vivre mais il m’a permis de saisir le phénomène de réveil qui se produit dans la peau de Stéphanie dans ces instants-là. Et, ensuite, j’ai utilisé plus ou moins consciemment l’extrême épuisement qui était le mien…

Malgré la tragédie dont Stéphanie est victime, votre interprétation est d’une sobriété fascinante. Vous ne versez jamais dans les cris, les larmes…

Ça, c’est Jacques ! Dès qu’on était dans le pathos, il râlait: “On se fait chier, c’est trop dramatique !” Et il me répétait souvent : “Parfois, j’aimerais que tu te lèves et que tu te pètes la gueule parce que tu aurais oublié que tu n’as plus de jambes.” (Rires.) Il a un rapport tellement organique avec ses histoires que tout est toujours extrêmement vivant et donc authentique sur le plateau.

Vous évoquiez le personnage d’Ali, incarné par Matthias Schoenaerts. Comment s’est construite l’alchimie entre vous deux alors que vous n’avez pas eu le temps de répéter ensemble avant le tournage?

Ce tournage a dû être vraiment particulier pour lui. Car, en plein milieu, j’ai dû partir de manière totalement impromptue rejoindre le plateau de Batman. Cette situation surréaliste aurait pu tourner à la catastrophe. Mais, quand j’ai rencontré Matthias pour la première fois, j’ai eu l’impression de le connaître depuis des années. Et on a eu la chance que cette connexion immédiate ait été plus forte que tout et ait maintenu intact notre rapport dans le travail, pourtant si décousu.

De l’extérieur, on peut voir ce film comme une nouvelle étape majeure dans votre parcours, après Un long dimanche de fiançailles, qui vous avait valu d’être adoubée par le métier avec le César, puis, évidemment, La Môme. Est-ce quelque chose dont vous avez conscience?

Je chéris toutes les expériences que j’ai pu connaître, même s’il y en a certaines que je ne referais pas. Mais avec De rouille et d’os, je joue un personnage du début à la fin d’une histoire pour la première fois depuis La Môme. Ces dernières années, je me suis énormément amusée à jouer des seconds rôles. La Môme avait été une expérience si intense que j’avais besoin de souffler. J’ai donc refusé pas mal de très beaux films et suis allée vers des rôles plus petits, sous la direction de réalisateurs qui me faisaient rêver. J’ai vibré quand j’ai tourné avec Michael Mann, quand j’ai joué dans une comédie musicale et quand j’ai créé, pour Inception, de Christopher Nolan, un personnage fondé sur le souvenir et les pensées d’un autre, en totale collaboration avec Leonardo DiCaprio. Mais je ressentais peu à peu le besoin de porter un film du début jusqu’à la fin. Et la proposition de Jacques est arrivée à point nommé.

Que pouvez-vous nous révéler sur The Dark Knight Rises, que vous avez tourné en parallèle?

J’y joue Miranda Tate, une femme de la haute société de Gotham City, fascinée par Bruce Wayne, qui rêve de transformer Gotham en une ville utilisant des énergies renouvelables… Batman représente pour moi un fantasme absolu. C’est mon superhéros préféré. Alors imaginez ma réaction quand j’ai appris que Nolan voulait m’écrire un rôle dans la suite de The Dark Knight… puis ma déception quand j’ai appris que les dates de tournage allaient coïncider avec mon accouchement. J’ai d’ailleurs dû décliner, pour cette même très bonne raison, un projet avec une autre de mes idoles: David Cronenberg. Mais sans regret. Je m’apprêtais donc à faire mon deuil de Batman. Et puis Christopher a tout rendu possible en décalant mes dates de tournage à la fin juin. Je trouve que c’est un geste incroyable…

Après ce film et De rouille d’os, vous avez enchaîné avec Low Life, sous la direction de James Gray, et un nouveau premier rôle féminin: une jeune émigrée polonaise, forcée de se prostituer pour subvenir aux besoins de sa soeur malade. Comment ce projet est-il né?

C’était, là encore, assez surréaliste. J’ai reçu, un jour, un message de James : “J’écris un film, je pense à toi, tu voudrais?” James est très ami avec Guillaume Canet mais, nous deux, on ne se connaissait pas tant que ça. Car, quand on se voyait – comme toujours avec ceux dont j’admire le travail -, je n’avais jamais exprimé mon envie de tourner avec lui, ni même engagé la conversation sur ce terrain-là. Du coup, quand j’ai reçu ce mail, j’ai failli tomber de ma chaise. Ça m’a paru dingue qu’il ait envie de faire un film avec moi. Et je lui ai dit oui avant de lire le scénario. Je n’aurais évidemment pas fait son film si l’intrigue et le rôle ne m’avaient pas plu. Mais il y avait quand même très peu de chances (rires)…

Est-ce que votre manière de vivre votre métier a beaucoup évolué depuis vos débuts?

Je l’aime toujours aussi passionnément mais d’une manière totalement différente ! Et, surtout, je l’aborde de toute autre manière. Avant, quand j’avais envie de me lancer dans un projet, je ne me posais aucune question. Aujourd’hui, ma vie a changé et mes choix seront donc forcément autres. Je ne peux plus continuer à enchaîner les projets comme je viens de le faire. J’ai d’ailleurs décidé de ne pas tourner pendant quelques mois. J’ai conscience de refuser des projets fous. Mais j’ai la certitude que je recroiserai, un jour, les gens qui me les proposent. Et je serai encore plus heureuse de travailler avec eux parce que, justement, j’aurai pris ce temps pour moi. Et que je serai alors totalement dévouée à ce travail commun.

Post Archive:

Page 5 of 9 1 2 3 4 5 6 7 8 9