Welcome to Magnifique Marion Cotillard! Marion's best known for her award winning performance in La Vie en Rose, but you might also recognise her from movies such as Inception, Midnight in Paris, The Dark Knight Rises and The French Rust and Bone. Collecting nominations for her latest film Two Days, One Night and starring in the upcoming adaptation of Shakespeare's Macbeth, Marion Cotillard is finally making a comeback to leading roles. Not stopping at movies, Marion Cotillard is also exploring her musical talents, having toured with French rock band Yodelice and recorded a song and video with British band Metronomy. She's also taken over the fashion industry as the face of Lady Dior. All the while, she is never too busy for her family and to lend her time and name to causes she believes in. Enjoy your time here and keep checking back for all the latest news!
May 09, 11   Mia   0 Comment French Press

on 1 Jan, 1970

Tweet about this on Twitter0Share on TumblrPin on Pinterest0Share on Facebook0

de Femina / par Anne Michelet

L’actrice fait l’ouverture du Festival de Cannes avec « Minuit à Paris », de Woody Allen . Mais elle ne montera pas les marches, car elle jouera en même temps le rôle de sa vie : celui de maman.

Tourner avec Woody Allen, c’était un rêve ?
Marion Cotillard
– “Il fait partie des génies du cinéma. Mes rêves ont grandi quand j’ai commencé à voir la possibilité de travailler avec des réalisateurs de cette trempe. Le champ des possibles s’est élargi. J’ai toujours rêvé de tourner avec Claude Chabrol , mon idole du cinéma français, maintenant ça n’arrivera plus. C’était l’un de mes plus grands rêves d’actrice, aussi grand que celui de tourner avec Woody Allen.”

« Minuit à Paris » est encore une belle aventure pour vous…
Marion Cotillard
– “Elle est unique et extraordinaire parce que, au-delà du cinéaste formidable qu’il représente, c’est quelqu’un de profondément attachant. Il a ce regard pétillant d’intelligence et d’humour. En plus, on a l’impression de le connaître parce qu’il s’est mis en scène dans la plupart de ses films. Je l’ai rencontré très tard, quatre jours avant le tournage, je crois d’ailleurs que c’est la première fois que j’accepte un film sans avoir rencontré le réalisateur. Mais quand c’est Woody Allen, il n’y a pas de mauvaise surprise, bien au contraire ! Dans la réalité, tout est encore plus intelligent, encore plus fin, plus pointu, que ce que l’on pourrait imaginer… Il y a chez cet homme une précision, un recul sur beaucoup de choses et un point de vue qui est unique à cette personnalité géniale, il n’y a pas d’autre mot.”

Donc le tournage a été un régal ?
Marion Cotillard
– “C’était très curieux de commencer un film sans vraiment avoir discuté plus que ça. Mais en même temps, dans la préparation d’un rôle, que ce soit au niveau des costumes ou de la coiffure, pendant les essais caméra, quand on tente d’assembler les uns aux autres tous les détails qui formeront notre personnage… c’était intéressant aussi de le faire à ce moment-là, dans une espèce de délicatesse et de subtilité. Du coup, peut-être que, les premiers jours, j’ai mis un peu de temps à trouver mes marques, car j’étais très impressionnée et je ne savais pas si j’allais dans la bonne direction. J’ignorais s’il était content et c’est quelque chose qui m’importe beaucoup. J’ai besoin de donner tout ce que le réalisateur veut et si je peux lui donner encore plus et le surprendre, je le fais, car c’est la première personne à qui j’ai envie de donner.”

Woody Allen dit que vous avez un charisme fou et il ajoute : « Je n’étais jamais fatigué de la regarder, elle est capable de faire appel à n’importe quelle émotion aussi facilement et rapidement qu’elle le souhaite… » Il est totalement sous le charme !
Marion Cotillard
– [Rires.] “Cela me touche beaucoup. Quand j’ai compris qu’il y avait quelque chose qui lui plaisait vraiment dans ce que je proposais, j’ai enfin pu me détendre. Mais c’est vrai que j’étais très intimidée et que ce fut un tournage particulier pour moi.”

Il vous donnait quand même des indications ?
Marion Cotillard
– “Ah oui, c’est un metteur en scène très précis. Nos relations étaient assez fluides sur le plateau, même s’il est très intimidant. Je sais que je le dis beaucoup, mais c’était vraiment ainsi.”

Qui est Adriana, le personnage que vous interprétez ? Une muse ?
Marion Cotillard
– “C’est une femme qui se retrouve sur le chemin d’un Américain, joué par Owen Wilson , un écrivain qui se retrouve à Paris dans cet état de création si particulier, à fleur de peau, ouvert à ce qui se passe dans sa vie et dans le monde. En même temps, il est enfermé dans sa vision des choses, tout à coup bouleversé, tout à coup perdu, tout à coup retrouvé…La phase créative est très particulière. En tant qu’actrice, je la connais de manière totalement différente parce que je dois créer à partir d’un matériau qu’on me donne. Je crois qu’il y a, chez un peintre, un écrivain ou un réalisateur qui écrit son scénario, quelque chose de tout à fait fascinant dans ce processus créatif. Cet homme est dans cette phase et va croiser plusieurs personnes sur sa route, dont Adriana, que j’incarne, qui inspire les artistes. Ce n’est pas forcément une profession, mais il y a eu des muses très célèbres qui, par leur personnalité et leur amour des artistes, ont provoqué un déclic chez eux.”

Qu’est-ce qui vous a attirée chez Adriana ?
Marion Cotillard
– “C’est une femme très intrigante ! Je me suis longuement interrogée sur la façon dont j’allais pouvoir exprimer tout cela. Il y a une espèce de subtilité et de magie à trouver dans le personnage, et j’ignorais si j’allais y arriver. C’est d’ailleurs toujours ce qui me motive quand je lis un scénario. J’ai besoin d’avoir une part d’inconnu, de savoir que j’aurai un travail à faire, que je ne vais pas me dire immédiatement : « Oh, je vois exactement comment est cette femme… » Et puis il y a cette grande part de mystère qui existe chez chacun, qu’il faut découvrir pour la faire vivre quand on est acteur.”

Vous inspirez nombre de cinéastes talentueux. Etes-vous un peu une muse pour certains, comme le fut Diane Keaton avec Woody Allen ?
Marion Cotillard
– “Je n’ai pas du tout cette vision et je ne saurais pas parler de moi comme ça. Mais ça me touche beaucoup, évidemment, quand quelque chose qui émane de moi inspire un artiste. Je trouve ça vraiment émouvant parce que, en définitive, cela revient à parler de partage. C’est un peu ce qu’on fait quand on est acteur, alors pouvoir inspirer un réalisateur ou même un comédien, c’est formidable.”

Et vous, qui vous inspire dans la vie ?
Marion Cotillard
– “Ce serait compliqué de choisir, il y en a tant : des grands humanistes ou des écologistes, mais si je dois rester dans le domaine des acteurs et des artistes, je dirais que Daniel Day-Lewis , avec qui j’ai eu la chance de travailler, m’inspire beaucoup. Kate Winslet aussi. Bien sûr, il y en a encore beaucoup d’autres.”

Ce film est une belle déclaration d’amour de Woody Allen à Paris. Qu’aimez-vous de cette ville ?
Marion Cotillard
– “Ce que j’aime de Paris, comme Woody Allen, c’est justement son côté créatif, artistique et inspirant, qu’il s’agisse de peinture, de cinéma, de musique ou de mode… Paris a connu de grandes époques de création, avec des réunions d’artistes de tous bords. C’est l’une des choses que j’aime le plus et qui me rend fière d’être parisienne, puisque je suis née à Paris. Woody Allen l’a montré d’une manière merveilleuse dans son film. Cette ville est une muse et il lui rend hommage. Il y avait déjà tourné des films comme Tout le monde dit I Love You et cette ville qu’il a complètement magnifiée l’inspire vraiment. La beauté d’un artiste, c’est de pouvoir faire partager son amour.”

« Minuit à Paris » va faire l’ouverture du Festival de Cannes . Vous ne serez pas présente, car vous vivrez, à ce moment-là, le plus bel événement qui soit en devenant maman…
Marion Cotillard
– “Evidemment, je ne peux pas être chagrinée de ne pas y aller, même si j’aurais adoré monter les marches à Cannes pour un film, ce qui ne m’est jamais arrivé. Ce festival sublime reste un endroit où l’on peut voir des films qu’on ne verra jamais ailleurs. J’aurais adoré pouvoir y participer, car je n’ai jamais eu l’occasion d’aller à Cannes dans ces conditions. Mais voilà, c’est la vie…”

Vous êtes rayonnante, comment abordez-vous cette future naissance ?
Marion Cotillard
– “Vous savez, j’ai toujours un peu de difficulté à parler de moi. Mais je peux vous dire que c’est tout ce que j’aime dans la vie, plonger dans l’inconnu et vivre des expériences nouvelles.”

Votre enfant va baigner dans un milieu artistique, avec des parents comédiens…
Marion Cotillard
– “Oui, forcément…”

Vous avez eu une enfance heureuse avec des parents eux aussi comédiens ?
Marion Cotillard
– “Ah oui ! J’ai eu la chance d’avoir des parents qui nous ont ouverts, mes frères et moi, à beaucoup de choses. Il y avait toujours du mouvement chez nous, des artistes qui ont participé, avec mes parents, à développer notre imaginaire, à nous faire rêver… Je pense que c’est une grande chance d’avoir eu cette ouverture si jeune, d’avoir été émerveillée très tôt, tout en me disant que c’était possible de l’être à chaque instant. Je suis heureuse d’avoir cela en moi. J’ai l’impression que je ne serai jamais blasée. Je suis intimement persuadée que l’existence m’apportera toujours, parce que nous sommes des êtres en mouvement permanent, comme le monde, quelque chose de nouveau, des moments merveilleux ou non, qui m’apprendront des choses, me feront avancer et… pourront aussi me mettre parfois en colère !”

Vous avez un engagement profond et sincère pour l’écologie et vous ne ménagez pas vos efforts…
Marion Cotillard
– “Je crois que cela va au-delà de l’ écologie . On appelle ça engagement parce que, maintenant, on met des mots sur tout. Cela correspond à une philosophie de vie que j’avais envie de faire partager. La cohérence et la logique ont beaucoup d’importance pour moi, j’essaie donc d’être le plus possible en accord avec ce qui me semble être la justesse et l’équilibre, afin d’être en harmonie avec ma vision du monde. Alors, effectivement, je m’engage avec des gens que j’admire et qui m’inspirent, comme Pierre Rabhi ou Maud Fontenoy , qui est une femme exceptionnelle. Elle fait partie des personnalités qui nous rendent fiers d’être français. Je suis très heureuse de pouvoir apprendre auprès d’elle. Quant à Pierre Rabhi, il réalise de grandes choses pour l’agro-écologie.

L’écologie se traduit aussi dans votre vie quotidienne ?
Marion Cotillard
– “Très tôt, j’ai pris conscience du gâchis et du « foutoir » que nous provoquons. Ces dernières années, il y a eu une prise de conscience obligatoire, parce qu’on était allé trop loin. Il y a de plus en plus de gens qui s’engagent, qui parlent et j’ai besoin, envie, de m’associer à eux pour faire partager une autre vision du monde que celle dans laquelle nous sommes conditionnés. Faire machine arrière n’a aucun sens, mais faire autrement, c’est possible. C’est vrai que quand ceux que j’ai cités ou d’autres, comme Nicolas Hulot , essaient de faire passer un message de logique par rapport à notre environ­nement, je ressens le besoin de m’engager auprès d’eux.”

Autre activité, autre talent : vous chantez avec Yodelice. Alors, quand Simone va-t-elle sortir un disque ?
Marion Cotillard
– “Simone travaille ! [Rires.] Simone évolue. Simone en a très envie. [Elle a pris ce nom de scène en hommage à sa grand-mère.]”

Vous aimez être sur scène en concert ?
Marion Cotillard
– “Oui. Maxim Nucci , le leader de Yodelice , m’a poussée à accomplir des choses que j’avais toujours eu envie de faire sans aller jusqu’au bout. Très sincèrement, sans lui, je serais toujours à me dire : « J’aimerais bien jouer de la musique, apprendre un instrument, chanter… » Il a insisté pour que j’essaie. Petit à petit, je me suis retrouvée intégrée au groupe de Yodelice, parce qu’il m’a demandé de chanter, de jouer de la basse, un peu de percussions, de claviers… La musique occupe une partie importante de ma vie, je ne pourrais pas vivre sans, j’ai toujours travaillé en musique. J’ai un rapport d’amour avec cette forme d’expression.”

Vous écrivez des chansons ?
Marion Cotillard
– “Maxim m’y pousse ! Je commence à me dire que c’est possible, que je n’en suis pas totalement incapable. Encore une fois, c’est grâce à lui. Maxim et Yodelice sont une telle source d’inspiration ! C’est l’une des plus belles invitations que j’ai reçues dans ma vie. Ils m’ont accueillie comme musicienne alors que je n’ai pas étudié la musique. Grâce à eux, je me retrouve avec la possibilité de réaliser l’un de mes rêves.”

Placez-vous toujours la barre très haut malgré vos succès ?
Marion Cotillard
– J’ai envie de prendre du temps pour moi, mais je ne serai jamais indulgente parce que je n’ai pas envie de l’être et que ça ne fait pas de mal d’être exigeante. J’aborde chaque tournage de la même façon, je suis toujours très anxieuse, c’est l’un de mes moteurs. Je ne vois pas l’utilité d’être indulgente.

Votre réussite ne vous rassure pas un peu ?
Marion Cotillard
– “Je suis incapable de parler du résultat. Je vois mes films et, si je n’y parviens pas parce qu’il y a trop d’anxiété, trop de stress, trop de regards focalisés sur moi, je les regarderai alors une seconde fois comme si c’était la première. Ensuite, je ne les revois jamais… Mais je suis quelqu’un de curieux et j’ai envie de voir le résultat quand j’ai eu l’impression de donner le maximum. En revanche, quand j’ai le sentiment de ne pas avoir tout donné, j’ai tellement peur d’être atteinte par le mauvais résultat que je préfère ne pas voir le film. Cela dit, en général, je les vois. Après, mon avis ne regarde que moi.”






 

Comment Form