Day: May 7, 2011

I would love to live a double life

Originally published in Madame Figaro (France), written by Richard Gianorio

translated by Oliver.G.Byrne

MF: How are you feeling right now?
MC:
I don’t know a word that hasn’t been used a million time, absolute joy. I have never been so in peace (zen). There is my pregnancy of course but also the fact that I’m rediscovering Paris and that I get to see all my friends after cruising around the world for so long.

MF: Do people leave you alone?
MC:
It’s not easy to have your picture taken by paparazzi, pregnant with the belly up, it’s actually quite violent but at the same time I take a step back from that. There is nothing to hide, I’m pregnant, what can we add? The situation speaks for itself. On the other hand it is true that I do not like to comment on my private life. I’m not very comfortable with it and the subject that would be myself is not the centre of my concerns.

MF: Is it difficult for someone on top to take a step back for a while to have a child?
MC:
No, because the need for a child at some point is stronger than anything else. And afterwards I start working again by filming Christopher Nolan’s Batman, it’s an opportunity to go back to it nicely, it’s a small role and a very comfortable one for a new mother. Later on, I have other projects that fill me with joy. Since “La vie en rose” I’ve walked in the gardens of some of the greatest filmmakers with amazing supporting roles – “Public Enemies” “Nine” or “Little White Lies“. But I now have the need to carry an entire role on my shoulders, I want to be the one whose story is told.

MF: Any regrets about not being able to be at Cannes this year to present Midnight in Paris?
MC:
No because in my state it would be impossible. At the same time it would have been the first time I could have walked the red carpet to present a film, one directed by Woddy Allen nonetheless. I was amazed when he gave me the role. I remember our first phone conversation, I was still living in my old apartment in the Marais in Paris and a friend was in the room beside me. We were getting to know each other by phone! It was surreal, I met him just four days before shooting started so I was slightly destabilised and it took me a while to adapt. The way he looks at his actors reassured me. He’s an extraordinary director, always much more than what you expect: funnier, more tender, more brilliant, more ironic…

MF: Between continually shooting movies, your travels, your duties as face of Dior… Do you ever get overwhelmed by everything?
MC:
I am frustrated when I have less time to give to Greenpeace for example. It reminds me of actors like Audrey Hepburn, who stopped at some point because there was a calling for them bigger than anything else, bigger than their careers. I have a lot of projecs that have nothing to do with this career, Greenpeace of course, the environment as a whole. When I engage myself for the forest, it’s not only for the trees but to preserve people as well. I would love to help another way. In fact I would love to live a double life: If I were twice myself, I would never feel any frustration.

MF: Do you get to be proud of yourself sometimes?
MC:
As an actress yes! In the case of “La vie en rose” I was proud of us: The director, make up, the sound operator… This film represented something that was a special accomplishment in my eyes. I worked so hard for it! I thought it would never work, I could never do better. I work hard, I prepare a lot, I have too much respect for this craft to leave it to improvisation. In general, if we don’t work, we become poorer, we become empty and uninteresting. In general, I see my films once and I examine everything, every single move, I like to understand how my work has been taken and translated to the screen.

MF: Are you in Hollywood’s A list?
MC:
I am not at the bottom but the A list is only reserved to American actress who can draw people to the cinemas. Like Angelina Jolie, Sandra Bullock, Jennifer Aniston, or even the incredible Penélope Cruz who’s going be huge with the new Pirates of the Caribbean. Of course I played in the blockbuster “Inception” but it was Leonardo Dicaprio who brought in the audience. Having said that, I’ve been wonderfully received by the Americans whose cinema I sincerely love. My dream?! (Laugh)
To play in a film with Will Ferrell’s gang, of whom I’m a huge fan. I participated in a Funny or Die skit he co-produced, I was in heaven!

MF: How do you manage to stay levelheaded in view of the string of success you’ve had in Hollywood?
MC:
A lot of actors want to believe what they are told and cut themselves from reality. I saw some who let go great, honest people in their lives, people who had the right outlook on them only to replace them with a bunch of groupies (Butt kissers). I need to be honest with myself, to be surrounded well and not being afraid to say “Be careful, you don’t look at me the same way!” If we just feed ourselves with the desire of being recognised and loved we end up turning in circles until we end up completely dumb. To see people become self-centred is a very scary thing. I’m sure we can spend our life in that type of reality but I don’t believe it would make me happy.

MF: Did you ever had a moment where because of fame you lost it?
MC:
No, because I never identified myself with a supposed image of myself. I belong to the real life and life is always moving. We are taken on a ride, everything is moving, everything is changing, nothing is acquired and it’s the same for everybody. In addition, I am very attached to the respect for others, as a woman and as an actress. If we don’t respect another who should be our priority there is a serious problem. I love healthy relationships and I defend simplicity in a life that is not simple, a life in which too many desires can lead you to frustration. The road is long and I am getting better. For the time being I try to be at peace with things and with the people I love.

'Little White Lies' Promotion Round-up

Little White Lies‘ (Les petits mouchoirs) has been playing in cinemas across the UK and certain parts of Canada since mid-April. Over the past weeks as well as today I’ve added more interviews and promotion material. Here’s an overview:

Marion Cotillard, Little White Lies, April 11 (full interview)
Marion Cotillard Interview, AskMen.us, April 9
Marion Cotillard, The Guardian, April 7
Why we love Marion Cotillard, British GQ, April
An Interview with Marion Cotillard, ‘Little White Lies‘ Press Pack
Little White Lies: Interview with Guillaume, EFE, April 8
Little White Lies: Director’s Statement & Interviews, ‘Little White Lies‘ Press Pack
Little White Lies: an honest tale of friendship, joy and heartbreak, The Guardian, March 25

Gallery Links:
001 Les petits mouchoirs (Little White Lies) – 2010 > Artwork
004 The Independent on Sunday – The New Review (UK) – April 3
001 GQ (UK) – April
001 Various Clippings, scanned by Natalie

Video Link:
004 Tag: Little White Lies English & Spanish Trailer, Subtitled Clip & Featurette


Madame Figaro Scans

I picked up the new Madame Figaro issue today and added scans of the Marion Cotillard feature. But there’s more – she was picked by the magazine as one of the 40 women who’re changing the world by caring for our environment. Also, the Peter Lindbergh portfolio features a picture of Marion Cotillard. It’s a new outtake of the 2007 photoshoot previously published in the 2008 magazines L’Uomo Vogue Italy, Vogue Italy and Vogue Paris. Finally, there was also a one page version of the Moscow Lady Dior ad in the magazine.

011 Scans from 2011 > Madame Figaro (France) – May 7
001 Lady Dior > Moscow > Print Ads

Kindly do not redistribute the magazine scans at another Marion Cotillard fan site as they were scanned exclusively for ‘Magnifique Marion Cotillard’. Thank you.

Marion Cotillard : "J'aimerais mener une double vie"

de Madame Figaro / par Richard Gianorio

À l’affiche de “Midnight in Paris”, elle nous parle de Woody Allen et de son rôle de future maman

L’actrice égérie de la maison Dior est tiraillée entre une carrière internationale exceptionnelle et un engagement humanitaire qu’elle souhaite plus important. Le mois de mai lui donne d’autres raisons d’être heureuse : elle attend un enfant, et Midnight in Paris, un film de Woody Allen où elle joue une muse parisienne, ouvre le prochain festival de Cannes.

Le bonheur n’appelle aucun commentaire particulier quand il est flagrant. On est face à une Marion Cotillard euphorique, ronde et rieuse, pas maquillée, pas coiffée. Elle va accoucher ces prochains jours et dévore quelques mini-portions dans son restaurant japonais favori. Une nouvelle fois, miss Cotillard a bien géré la situation : sa grossesse arrive à terme, prenant de court les échotiers people. Elle caresse sans arrêt son ventre rond, se réjouit d’une « grossesse de rêve », raconte que ni elle ni « le papa » (Guillaume Canet, NDLR) n’ont voulu connaître le sexe de l’enfant. Voilà pour le jardin privé, dont on n’a pas l’intention de crocheter les serrures. Quand Midnight in Paris ouvrira le 64e Festival de Cannes, mercredi prochain, elle aura peut-être accouché. Dans cette comédie de Woody Allen, elle inspire Owen Wilson, un écrivain en quête d’inspiration dans un Paris de carte postale. En juin, elle commencera le tournage de Batman, de Christopher Nolan, où elle rejoindra Christian Bale et Anne Hathaway. Parallèlement, Marion Cotillard poursuit son aventure en tant qu’égérie Dior, héroïne de la saga du it bag Lady Dior, à travers un concept artistique innovant qui lui laisse carte blanche. Rencontre.

Madame Figaro. Dans quel état d’esprit vous trouvez-vous ?
Marion Cotillard.
Je ne sais pas quel mot employer qui n’ait été utilisé mille fois. Le bonheur absolu. J’ai rarement été aussi zen. Il y a ma grossesse évidemment, mais aussi le fait de redécouvrir Paris et de retrouver des choses qui me manquaient pendant mes voyages. Je profite encore plus de cette ville et de mes amis.

Vous laisse-t-on tranquille ?
Ce n’est évidemment pas agréable d’être photographiée enceinte, le ventre à l’air. C’est même assez violent. Mais en même temps, je prends du recul avec ça. Il n’y a rien à cacher : je suis enceinte, qu’est-ce qu’on peut ajouter ? La situation parle d’elle-même. En revanche, c’est vrai que je n’aime pas commenter mon intimité. Je ne suis pas très à l’aise avec ça, et puis ce sujet qui serait moi-même n’est pas le centre de mes préoccupations.

Est-il difficile pour une actrice au sommet de prendre la décision de ralentir quelque temps pour faire un enfant ?
Non, parce que, à un moment, le désir d’enfant est plus fort que tout. Et puis, j’enchaîne immédiatement avec le tournage de Batman, de Christopher Nolan ; l’occasion de reprendre en douceur : il s’agit d’un petit rôle. Un tournage d’un confort absolu pour mon enfant. Plus tard, j’ai quelques autres projets qui me remplissent de joie. Depuis La Môme, je me suis baladée dans les jardins de grands metteurs en scène avec des seconds rôles magnifiques – Public Enemies, Nine ou Les Petits Mouchoirs –, mais j’ai besoin de porter un film entier sur mes épaules. J’aimerais être la personne dont on raconte l’histoire.

Regrettez-vous de ne pas pouvoir vous rendre à Cannes pour y présenter Midnight in Paris ?
Dans mon état, c’est impossible. En même temps, c’était la première fois que j’avais l’occasion de monter les marches pour un film en sélection, et un film signé Woody Allen de surcroît. J’étais hallucinée qu’il me propose un rôle. Je me souviens de notre premier contact au téléphone, j’habitais encore dans mon petit appartement du Marais, à Paris, il y avait des amis dans la pièce d’à côté, et Woody Allen et moi faisions connaissance au téléphone ! C’était une situation assez surréaliste. Je ne l’ai rencontré que quatre jours seulement avant le début du tournage ; du coup, j’étais déstabilisée et j’ai mis un certain temps à m’adapter. Son regard m’a rassurée. C’est un réalisateur extraordinaire, il est toujours plus que ce que l’on imagine : plus drôle, plus brillant, plus tendre, plus ironique…

Entre vos tournages en continu, vos voyages, vos obligations en tant qu’égérie Dior, vous est-il parfois arrivé de vous sentir dépassée par les événements ?
Je suis frustrée quand j’ai moins le temps de me consacrer à Greenpeace, par exemple. Je pense souvent à des acteurs comme Audrey Hepburn, qui se sont arrêtés parce que, à un moment donné, il y avait un appel plus fort que tout, plus fort que leur carrière. J’ai énormément d’idées et de projets qui n’ont rien à voir avec ce métier. Greenpeace, bien sûr, l’environnement au sens large. Lorsque je m’engage pour protéger une forêt, ce n’est pas seulement pour les arbres, mais aussi pour préserver des gens. J’aimerais me dévouer autrement. En fait, j’aimerais mener une double vie : si j’étais deux fois moi, je ne connaîtrais aucune frustration…

Vous arrive-t-il d’être fière de vous ?
Comme actrice ? Oui, dans La Môme, j’étais fière de nous : le réalisateur, le chef opérateur, le maquilleur. Ce film représente évidemment un accomplissement particulier à mes yeux. J’ai tellement travaillé ! Je m’étais dit que si cela ne marchait pas, je ne pourrais jamais faire mieux. Je travaille beaucoup, je prépare énormément, j’ai trop de respect pour ce métier pour laisser place à l’improvisation. D’ailleurs, si l’on ne travaille pas, on s’appauvrit, on devient vide et inintéressante. En général, je vois mes films une fois et je décortique tout, le moindre mouvement. J’aime bien savoir comment mon travail a été capté et retranscrit.

Appartenez-vous à la fameuse liste A hollywoodienne ?
Je ne suis pas au fond de la liste, mais la liste A est réservée exclusivement aux actrices américaines ultrabankable, comme Angelina Jolie, Sandra Bullock, Jennifer Aniston, ou même l’incroyable Penélope Cruz, qui va faire un carton avec Pirates des Caraïbes. Certes, j’ai joué dans le blockbuster Inception, mais c’est Leonardo DiCaprio qui fait venir les spectateurs. Cela dit, j’ai été merveilleusement accueillie par les Américains, dont j’aime sincèrement le cinéma. Mon rêve ? (Elle rit !) Jouer dans une comédie avec la bande de Will Ferrell, à qui je voue un culte. J’ai participé à un épisode parodique de Funny or Die, un programme qu’il coproduit, j’étais comblée !

Comment avez-vous réussi à garder la tête froide dans le tourbillon de vos succès américains ?
Beaucoup d’acteurs veulent croire ce qu’on leur dit et se coupent de la réalité. J’en ai vu éliminer de leur entourage les personnes honnêtes, les personnes qui avaient un regard juste sur eux, et se retrouver avec un cercle de courtisans. Il faut se montrer extrêmement vigilant avec soi-même, être très bien entouré et ne pas avoir peur de dire : « Attention, vous ne me regardez plus d’une manière juste ! » Si l’on alimente son propre désir de regard et de reconnaissance, on tourne en boucle sur soi-même et on devient complètement débile. Voir partir des gens dans une spirale de soi est totalement flippant. On doit certainement pouvoir passer sa vie dans cette non-réalité, mais je ne pense pas que cela rende heureux.

Vous n’avez jamais connu de moments d’ivresse ?
Non, car je ne me suis jamais identifiée à une image supposée de moi. J’appartiens à la vraie vie, et la vie, c’est un mouvement permanent. On est emporté dans un flot, tout bouge, tout change, rien n’est acquis, et c’est ainsi pour tout le monde. Et puis, je suis très attachée au respect d’autrui, en tant que femme mais aussi en tant qu’actrice : si l’on ne respecte pas l’autre, qui est notre matière première, il y a un vrai problème. J’aime les rapports sains et je défends la simplicité dans une vie qui n’est pas simple, une vie où trop de désirs ardents peuvent parfois conduire à la frustration. Le chemin est long et je m’améliore. En attendant, j’essaie d’être en accord avec les choses et les gens que j’aime.