Month: July 2010

On the cover of French 'Elle'

Marion Cotillard is on the cover of French Elle this week. The pictures definitely have a retro as well as summer feeling to it, and of course Marion looks divine! It’s just a pity that they included ‘only’ 3 pictures.

Marion Cotillard : C’est glamour à la plage, Elle, July 16

I also added a few more text interviews and articles to the press section earlier today – as always translations into English would be warmly welcomed:

Inception: Marion Cotillard interview, Telegraph, July 12
The Cast of Inception on The Buzziest Movie of the Summer, Film.com, July 14
Marion Cotillard finds her inner Yank for Inception, Straight.ca, July 15
Marion Cotillard, l’exception d’Inception, La Presse, July 16
Marion Cotillard : «Je ne me vois pas comme une star», Le Figaro, July 19

005 Scans from 2010 > Elle (France) – July 16

Kindly do not redistribute the magazine scans at another Marion Cotillard fan site as they were scanned exclusively for ‘Magnifique Marion Cotillard’. Thank you.

'Inception' at the Box Office

Following its release on July 16 beginning with Thursday midnight screenings ‘Inception‘ is currently occupying #1 in the US, having grossed $62,785,337 in 3,792 theaters on its opening weekend (average $16,557 per theater). Up until now the movie has grossed $89,470,702 worldwide. This is quite the achievement for an non-sequel auteur action movie with a mysterious plot in the middle of blockbuster summer season! Congratulations!

Box Office Majoy mentions that it was the second highest-grossing debut ever for a sci-fi movie that wasn’t a sequel, remake or adaptation, behind Avatar’s $77 million. Inception’s initial attendance was also higher than similar titles like The Matrix and Minority Report. Also it was apparently the biggest opening of star Leonardo DiCaprio’s career – let alone Marion Cotillard’s even if she’s seen in a supporting role.

Continue to support ‘Inception‘ by seeing it in theaters – according to most critics as well as people who’ve seen it it will definitely be worth your time!

Thank you for not posting spoilers in the comments or in emails to me – ‘Inception‘ is not coming to theatres where I live until July 29.

On the Cover of Interview Magazine

Marion Cotillard is on the cover of the August issue of Interview magazine. The photoshoot is very dreamy, sensual and just breathtaking! The interview was conducted over the phone by Nicole Kidman and is definitely one of the most informative Marion interviews in the English language. She talks about her work with Greenpeace in Congo, her love for the environment, searching for answers, dreams and her work with Yodelice. Read it on the magazine’s website

Marion Cotillard, Interview, August 2010

001 Scans from 2010 > Interview (US) – August
011 Sessions from 2010 > Interview

Marion Cotillard : «Je ne me vois pas comme une star»

de Le Figaro / par Jean-Pierre Chaillet

«The French Siren». C’est ainsi que vient de la baptiser le Vogue américain. Actuellement en tournage avec Woody Allen, à l’affiche la semaine prochaine d’Inception, puzzle énigmatique où elle incarne l’épouse de Leonardo DiCaprio, Marion Cotillard est à Hollywood comme un poisson dans l’eau. Confidences.

Le Figaro Magazine Quelle a été votre première impression à la lecture du scénario d’ Inception?

Marion Cotillard Qu’il s’agissait d’un genre de film que je n’avais encore jamais fait et… très difficile à résumer. Il est très rare de lire quelque chose d’aussi unique et original, une espèce d’équilibre parfait entre le film d’action, le blockbuster à l’américaine et le drame psychologique.

Savez-vous pourquoi Christopher Nolan vous a choisie pour le rôle de Mal?

Non, car c’est quelque chose que je ne demande jamais à un metteur en scène. Plus précisément:c’est quelque chose que je ne n’ai jamais envie de savoir. La seule fois où je me suis posé la question, c’est quand Olivier Dahan m’a proposé le film sur Edith Piaf. Je me disais:«Alors là, pourquoi moi ?» Mais je ne le lui ai pas demandé directement, et je n’ai jamais vraiment eu envie de connaître la réponse.

Comment définiriez-vous le personnage que vous incarnez?

C’est quelqu’un de très complexe, qui m’a beaucoup intriguée. Je me suis demandé comment j’allais pouvoir faire exister de manière crédible cette femme qui est la projection de quelqu’un qui existe et vit à travers le subconscient d’un autre. Le processus a été fascinant à explorer pour moi. Elle incarne la lutte entre un certain nombre d’éléments:le bien et le mal, la réalité et le rêve, la vie et la mort. Elle cristallise la douleur et la culpabilité de Dom Cobb, qu’incarne Leonardo DiCaprio…

Comment s’est passée la rencontre avec Leonardo DiCaprio, justement?

Nous nous étions croisés à plusieurs reprises, mais sans jamais avoir eu de conversations approfondies. J’avais envie de tourner avec lui depuis longtemps et, étrangement, j’ai toujours su que cela finirait par arriver. C’est un bosseur incroyable, doté d’une inlassable énergie et totalement investi dans son rôle, ce qui lui permet d’atteindre une incroyable authenticité. Tourner avec lui, c’est être aspirée par un tourbillon de sensibilité et d’intelligence, de générosité profonde dans sa manière de partager ses émotions. Avant le tournage, on s’est beaucoup parlé de nos personnages respectifs pour construire leur passé et leur vie à l’intérieur du processus de rêve qu’ils vont expérimenter en commun. Ce fut, de loin, une des expériences les plus intenses partagées avec un partenaire.

Leonardo DiCaprio nous a dit que le tournage d’ Inception lui avait fait l’effet d’une longue séance de thérapie…

Vous savez, lorsqu’on est dans un film à l’univers si particulier, il est parfois assez ardu de se retrouver dans une situation et d’y croire. L’univers que développe Christopher Nolan est unique, et il est le seul à être parfaitement connecté à sa vision, son imaginaire. Mais heureusement, il savait comment nous guider vers la connexion émotionnelle qu’il attendait de nous et nous a permis de comprendre et d’appréhender ce qui pouvait nous sembler a priori difficile à concevoir. J’avoue que, en voyant le film comme spectatrice, je me suis sentie entraînée de la même manière dans cet univers de l’inconnu et du mystère. C’était étourdissant.

Avez-vous gardé des objets de ce tournage?

Mon scénario annoté. Des tas de Post-it et de feuilles volantes. Et un énorme dossier de notes préparatoires. Je n’en ai jamais pris autant pour un film !

On peut vous voir aussi en ce moment dans «Lady Blue Shanghai», la pub que David Lynch a réalisée pour Dior.

J’ai immédiatement suggéré son nom lorsqu’on cherchait à sélectionner le réalisateur idéal pour ce film basé sur le thème de la couleur bleue. Je me souviens que, au premier jour de tournage, il m’a demandé si je pourrais apprendre trois pages de texte pour le lendemain. J’étais d’autant plus paniquée qu’il me faut plus de temps pour mémoriser un texte en anglais. Mais j’étais aussi ultramotivée ! C’était un beau poème, à la fluidité si naturelle que je l’ai appris de manière organique. Il m’a dirigée de manière très spécifique. De toute façon, j’aurais fait n’importe quoi pour lui, car, avec un tel metteur en scène, on se laisse complètement aller.

Avec le recul, avez-vous le sentiment que toutes les récompenses obtenues pour «La Môme» ont représenté un sommet dans votre carrière?

Je ne me suis jamais sentie au sommet de quoi que ce soit. J’ai encore tant à apprendre ! Je ne suis qu’une actrice qui aime son métier et trouve important de raconter des histoires. Mais c’est bien peu de chose en comparaison de ce qu’accomplissent «mes» héroïnes telles que Aung San Suu Kyi ou Shirin Ebadi. A côté, je me sens tellement minuscule… Jamais je ne risquerais ma vie pour un film. En tant qu’Européenne, j’ai le droit de faire ce que j’aime en toute liberté:cela n’exige pas la même dose de courage que celle dont doivent faire preuve certains acteurs dans des pays comme l’Iran, juste pour exercer leur profession.

Est-ce que le mot star vous correspond?

Je ne me vois pas ainsi. J’aime la simplicité. Je crois avoir réussi à garder les pieds sur terre, à rester connectée avec les gens. Sinon, comment être capable de raconter leurs histoires?

Votre programme des prochains mois est chargé:vous serez à l’affiche du prochain film de Woody Allen, qui se tourne à Paris en ce moment, avant d’enchaîner avec Soderbergh et Cronenberg. En quoi vous paraît-il important de mener une carrière internationale?

Je dirais juste que c’est extraordinaire, car je n’aurais jamais imaginé cela possible il y a encore quelques années. J’ai grandi nourrie de cinéma américain, avec les Marx Brothers, Chaplin, les films de Spielberg… C’est donc, pour moi, lié à l’enfance, à mon rêve de devenir actrice.

Marion Cotillard : C'est glamour à la plage

de Elle / par Caroline Laurent-Simon

Un hôtel à l’élégance discrète dans le Marais, quartier qu’elle adore. Marion Cotillard se lève soudain du canapé d’un bond gracile, sourcils froncés, yeux fixés sur la télévision qui reste en veille. Bidouille les boutons sans succès, avant de débrancher purement et simplement l’appareil. « Un petit geste contre le réchauffement climatique ! » lance la comédienne, qui trie ses déchets depuis des lustres. Chassez le naturel écolo, il revient au galop. Elle a des allures de petit rat de l’Opéra, légère comme un elfe, en jean retroussé et ballerines. Ravissante, sans une once de maquillage, cheveux relevés-tirés et regard lumineux. Un rien d’Audrey Hepburn, version « Vacances romaines ». Un charme fou. A Hollywood, c’est son talent d’actrice que s’arrachent les réalisateurs. Une véritable exception française. Alors que sort en France, le 21 juillet, « Inception », de Christopher Nolan, où elle a pour partenaire Leonardo DiCaprio, elle a enchaîné les films auprès des plus grands depuis son oscar (et son Golden Globe, et son César, et son Bafta) pour « La Môme ».

Après « Public Enemies », de Michael Mann, avec Johnny Depp, « Nine », de Rob Marshall, où elle partageait l’affiche avec Daniel Day-Lewis, Nicole Kidman, Kate Hudson et Pénelope Cruz, elle tourne actuellement à Paris. Cela ne lui fait-il pas tourner la tête, comme dans un refrain de Piaf ? « Je ne pense pas tous les jours à la reconnaissance et au succès ! Surtout pas, ce serait le meilleur moyen de devenir dingue… J’ai un ego, bien sûr, je suis une actrice. Mais je pense que cet ego peut m’accompagner de façon assez saine.Je mène une vie particulière, certes, mais j’en suis heureuse. Je reste toujours connectée au réel et aux gens que j’aime. J’ai les pieds bien ancrés sur terre ! J’ai toujours en tête ce conseil que m’a donné Bernadette Lafont sur un plateau : “Sache qu’à chaque fois que quelqu’un te dit que tu es extraordinaire c’est peut-être qu’il te dit tout simplement bonjour.” Cela ne dévalorise pas le compliment, cela signifie simplement que l’on peut être touchée tout en gardant du recul. Pour moi, les gens que l’on peut qualifier d’extraordinaires, ce sont ceux qui mettent leur vie au service des autres et parfois en danger pour des causes, comme Shirin Ebadi, Aung San Suu Kyi, Nelson Mandela ou encore le metteur en scène iranien Jafar Panahi. Je me sentirai toujours bien en dessous de ces personnes… »

Une humilité que l’actrice conserve aussi grâce à sa famille, son père et sa mère, metteur en scène et comédiens de théâtre, et ses deux frères. « On s’aime fort, même si on ne se voit pas souvent. Le lien n’est jamais rompu. J’ai besoin d’eux. On a un regard d’une grande honnêteté les uns envers les autres. C’est reposant de savoir que l’on peut compter sur cela… » Et où qu’elle soit en tournage dans le monde, Marion Cotillard correspond avec sa grand-mère, magnifique dame de 101 ans. A l’ancienne, « en écrivant des lettres » ! Sans doute lui parle-t-elle de cinéma, tant son métier se confond avec sa vie intime. Passion affichée sans complexe. Elle dit : « Je suis faite pour cela. » Et on la croit d’emblée quand elle parle de ce besoin presque viscéral de « se fondre dans un personnage, de ne pas tricher, de comprendre l’être humain qu’on va devenir le temps d’un rôle ». « J’ai adoré tourner avec Daniel Day-Lewis ou Leonardo DiCaprio, ils sont passionnés, s’impliquent totalement. Cela me touche. » Les metteurs en scène qui la filment et ses partenaires – DiCaprio en tête – saluent, en retour, l’extraordinaire capacité de l’actrice française à s’investir autant dans la préparation que dans l’interprétation d’un rôle. Pas étonnant que les propositions affluent. Et c’est peut-être cela qui, tout en la rassurant, l’effraie aussi. Sourire : « J’ai un véritable amour pour le cinéma. Jouer, c’est un moteur pour moi. J’ai la chance d’avoir le choix et d’être sollicitée, mais il faut aussi savoir s’arrêter, et ça, j’ai du mal ! Car, outre mon bonheur à tourner, je suis sans doute encore en quête de reconnaissance… » Alors, elle revient à la terre, toujours et encore, en militante engagée : elle rentre d’un voyage avec Greenpeace dans la forêt primaire de la République démocratique du Congo, et songe à passer derrière la caméra pour réaliser un documentaire sur la déforestation dans le monde.

Et sa vie privée ? Elle passe en mode discret. Ne prononce pas une seule fois le nom de son compagnon (Guillaume Canet) mais dit qu’elle a adoré tourner avec lui, que c’est « un comédien et un metteur en scène de grand talent, autant qu’un formidable directeur d’acteurs ». D’ailleurs, on la verra sur les écrans au mois d’octobre dans « Les Petits Mouchoirs », le troisième long-métrage de celui qui partage donc sa vie. Longtemps, quand on lui posait la question d’un enfant, elle rétorquait : « Surtout pas sur cette planète qu’on maltraite ! » Aujourd’hui, à 35 ans, elle dit sobrement : « J’ai changé d’avis et d’envie. » Dans l’immédiat, ce qui l’occupe, ce sont surtout ces « vraies vacances d’été », que cette boulimique de boulot s’accorde enfin en août. Marion jubile : « Pour une fois, j’ai bloqué les dates et rien ne m’y fera renoncer ! Comme je voyage beaucoup, ce sera en famille et avec des amis, dans une maison en France, au bord de l’Atlantique. De vraies vacances où l’on fait des choses toutes simples, avec de grandes tablées joyeuses, des bains de mer, des balades en plein vent et au soleil… Le bonheur ! » D’ici là, elle aura tourné à Paris sous la direction de Woody Allen. En attendant de rejoindre, à la rentrée, le plateau du prochain Soderbergh, aux côtés de Matt Damon et de Gwyneth Paltrow. La consécration continue.

Dans « Inception », de Christopher Nolan (« The Dark Knight », « Memento »), Marion Cotillard donne la réplique à Leonardo DiCaprio. C’est le film le plus attendu de l’année, annoncé comme un véritable ovni, totalement novateur dans le scénario comme dans la réalisation. Un polar fascinant, aux allures de « Matrix », entre réel et virtuel, où le héros possède le don de pénétrer les rêves d’autrui pour y voler des informations sensibles… « Comment raconter le film ? Je pense que chaque spectateur en aura une interprétation différente, dit Marion Cotillard. Ce qui est sûr, c’est qu’il va nous toucher intimement et profondément… »

Post Archive:

Page 2 of 5 1 2 3 4 5