Welcome to Magnifique Marion Cotillard! Marion's best known for her award winning performance in La Vie en Rose, but you might also recognise her from movies such as Inception, Midnight in Paris, The Dark Knight Rises and The French Rust and Bone. Collecting nominations for her latest film Two Days, One Night and starring in the upcoming adaptation of Shakespeare's Macbeth, Marion Cotillard is finally making a comeback to leading roles. Not stopping at movies, Marion Cotillard is also exploring her musical talents, having toured with French rock band Yodelice and recorded a song and video with British band Metronomy. She's also taken over the fashion industry as the face of Lady Dior. All the while, she is never too busy for her family and to lend her time and name to causes she believes in. Enjoy your time here and keep checking back for all the latest news!
Dec 12, 09   Mia   0 Comment French Press

on 1 Jan, 1970

Tweet about this on Twitter0Share on TumblrPin on Pinterest0Share on Facebook0

de Madame Figaro (France) / par Sophie Grassin

À Hollywood, la jolie môme fait un malheur. Depuis l’Oscar, elle enchaîne les tournages. Entre deux rôles en or et des partenaires prestigieux, elle s’offre en France Le Dernier Vol, un film romanesque de Karim Dridi. Échappée belle pour l’actrice qui joue avec son compagnon, Guillaume Canet.

Il a suffi d’un film pour que Marion Cotillard devienne ce qu’elle est : une actrice française de 33 ans plébiscitée par les plus grands. « Quand Olivier Dahan a recruté Marion pour jouer Piaf, mes partenaires, Studiocanal et Disney, se sont désistés. Je leur ai remboursé les sommes engagées et je leur ai souhaité bonne route, se souvient Alain Goldman, producteur de La Môme. Lorsque Ridley Scott, qui est mon ami depuis 1492, a cherché une actrice française pour Une grande année, je lui ai suggéré Marion. “Marion qui ?” s’est-il poliment enquis. J’ai dû lui écrire son nom sur la nappe. Aux oscars, c’est Persepolis, de Marjane Satrapi, qui a représenté la France puisque, depuis Clovis au moins, nos compatriotes vivent dans la détestation d’eux-mêmes. Mais Marion a obtenu l’oscar de la Meilleure Actrice pour un film parlé en français. Une récompense dont on ne soulignera jamais assez le caractère exceptionnel. Talent inné, travail titanesque qu’elle s’emploie à dissimuler… Pour moi, Marion ressemble à… Zidane. »

La Zizou des écrans a tourné avec Michael Mann ( Public Enemies, avec Johnny Depp ), Rob Marshall ( Nine, avec Daniel Day-Lewis ), Christopher Nolan ( Inception avec Leonardo DiCaprio ). Et défend ici Le Dernier Vol, de Karim Dridi. Elle y incarne l’aviatrice Marie Vallières de Beaumont, venue sauver Lancaster, l’homme qu’elle aime, dont le zinc se crashe en 1933 dans le Sahara français, sans savoir qu’un nouvel amour l’y attend. Il a les traits d’Antoine Chauvet (Guillaume Canet), lieutenant rebelle en bisbille avec sa hiérarchie.

« J’ai rencontré Marion bien avant qu’elle n’ait l’oscar, explique Karim Dridi. La précision m’importe, je ne voudrais pas passer pour l’opportuniste de service. J’avais dix minutes pour lui parler. Dehors, une file de quinze réalisateurs attendait. Une heure trente plus tard, nous discutions toujours. L’histoire résonnait en elle. “C’est un huis clos sans les murs”, résumait-elle. J’avais le sentiment de me retrouver dans la situation de Charles Dumont présentant une chanson à Piaf. Sans Marion, une chose est sûre, Le Dernier Vol ne se montait pas. J’ai vu tous ses films, les bons, les moins bons… Même lorsque je m’ennuyais, elle rayonnait. »

Dridi est prolixe, ça tombe bien, car Marion aborde les interviews téléphoniques – elle se trouve actuellement à Los Angeles sur le plateau d’ Inception – en dure à cuire. Sujet tabou : Guillaume Canet, dont elle partage l’existence. Là, l’actrice s’amuse au passage : « C’est un acteur tellement investi, souffle-t-elle avant d’éclater de rire. Je savais que ma réponse vous plairait. Bon, il arrive que l’existence vous envoie des films qu’implicitement on reconnaît. »

« Elle vivait alors quelque chose de très fort avec Guillaume, sous-titre Dridi. Elle a donc tout de suite pigé. La réplique-clé du film (“Votre désir d’aimer est plus fort que l’amour”), la détermination de Marie, et le baiser que j’avais en tête avant même l’écriture du scénario : un filet d’eau que l’héroïne laisse couler dans la bouche de l’officier épuisé.
Cela dit, diriger deux acteurs qui s’aiment, donc fusionnels, n’a rien d’une sinécure. Quand je disais un truc à l’un, l’autre répondait. D’un autre côté, dans la dernière partie du film, je sais que leurs regards ne sont absolument pas joués. »

Ce rôle, Marion l’a voulu. « Dotée d’une force de caractère inouïe, Marie jouit d’une liberté conquise de haute lutte contre son milieu et contre les hommes, dit-elle. En même temps, elle reste enfermée dans son histoire d’amour. Oui, elle a plein de petites prisons au fond d’elle. » Cotillard n’a eu qu’un petit mois pour se préparer.
« Je le déplore, reconnaît-elle. La rencontre nécessaire avec le personnage doit s’effectuer dans la détente. Moi, même si ça n’est pas très écologique, j’aurais souhaité passer mon brevet de pilote. Mais je me suis contentée de voler dans l’avion de Marie, de me plonger dans la vie de cette fille, qui avait battu des records de vitesse, et de lire Théodore Monod. Et puis, je m’étais déjà baladée dans les années 30 avec Public Enemies et La Môme, j’avais, par conséquent, un peu d’avance. Le reste relève des sentiments, or, nous, les acteurs, sommes justement des anthropologues du sentiment. »

« Lorsqu’elle est arrivée sur le tournage, confirme Karim Dridi, elle n’ignorait rien des femmes aviatrices, elle savait comment elle serait coiffée (un carré repéré sur une photo d’époque). Marion a de l’instinct et une précision très musicale. Avec elle, chaque mot, chaque virgule, chaque intonation a un sens. La star ne m’a jamais enquiquiné avec son profil ou une mèche de cheveux déplacée. Comme moi, Marion déteste les mouches. Or, dans le désert, au Niger, elles collaient aux chameaux, au maquillage. Je n’en menais pas large. Marion les laissait se scotcher à sa bouche sans ciller. Même chose lorsqu’elle remonte Guillaume sur son chameau. Elle était animée d’une telle rage qu’elle a réussi à hisser sur l’animal ses 70 kilos. »

« L’implication de Marion et sa manière d’assumer son statut me semblent en tout point exemplaires, estime le comédien Gilles Lellouche, son meilleur ami. Nous nous sommes rencontrés sur un court-métrage et suivis sur des films comme Ma vie en l’air, Jeux d’enfants ou Les Petits Mouchoirs (comédie chorale sur une bande de trentenaires, signée Guillaume Canet). J’avais très peur de voir La Môme. Quand vous regardez à l’écran des gens que vous aimez, vous les coincez toujours au détour d’une scène car vous vous dites : là, c’est ma copine que j’aperçois. Sauf qu’avec Marion, ça n’arrive pas. »

On la murmure déjà exceptionnelle dans Nine où elle interprète Louisa, sur laquelle plane l’ombre de Giulietta Masina. « Faire une comédie musicale relevait du rêve d’enfant, avoue Marion. Mais j’ai bien failli y renoncer pour Le Dernier Vol. Dans la vie, il faut respecter ses engagements. Sur Nine (dont les dates furent finalement repoussées), le niveau était élevé, la précision à atteindre inimaginable. Mais pendant les longs mois de préparation régnait une ambiance de troupe. J’assistais aux répétitions des autres, Nicole Kidman, Penélope Cruz, nous nous croisions dans les couloirs. Il y a eu entre nous une entente immédiate. De temps à autre, je me pinçais. Car je suis consciente de vivre des choses hors du commun. »

Quid des Petits Mouchoirs ? Marion botte aussitôt en touche : « Ça faisait longtemps que j’attendais de pouvoir porter des tee-shirts, des jeans et des baskets… Sinon, que vous dire ? Je joue une des amies du groupe et Guillaume me traite comme n’importe quelle actrice. »
« Je ne comprenais pas le phénomène Cotillard avant de lui donner la réplique dans
Les Petits Mouchoirs, souligne François Cluzet. Marion a deux choses pour elle, une grâce certaine et une discipline à l’américaine. »

Cette discipline, Marion l’exerce en ce moment même sur Inception, dont le script est, lui aussi, classé secret défense. « Dans cinq minutes, jubile Cotillard, je prends ma voiture hybride, seule exigence qui figure jamais dans mes contrats, et je file sur le plateau. Comme Leonardo DiCaprio est mon partenaire, nos caravanes fonctionnent à l’énergie solaire, et personne ne commet d’erreurs en triant ses déchets. » Libérée d’un système qui plie, façonne et jette, l’actrice savoure sa liberté. « Elle peut aujourd’hui tout jouer, estime Alain Goldman, une serveuse ou la reine d’Angleterre. Mais les grands rôles de tragédienne lui semblent tout particulièrement destinés. Marion est davantage une Adjani qu’une Valérie Lemercier. »






 

Comment Form