Welcome to Magnifique Marion Cotillard! Marion's best known for her award winning performance in La Vie en Rose, but you might also recognise her from movies such as Inception, Midnight in Paris, The Dark Knight Rises and The French Rust and Bone. Collecting nominations for her latest film Two Days, One Night and starring in the upcoming adaptation of Shakespeare's Macbeth, Marion Cotillard is finally making a comeback to leading roles. Not stopping at movies, Marion Cotillard is also exploring her musical talents, having toured with French rock band Yodelice and recorded a song and video with British band Metronomy. She's also taken over the fashion industry as the face of Lady Dior. All the while, she is never too busy for her family and to lend her time and name to causes she believes in. Enjoy your time here and keep checking back for all the latest news!
Jul 02, 09   Mia   0 Comment French Press

on 1 Jan, 1970

Tweet about this on Twitter0Share on TumblrPin on Pinterest0Share on Facebook0

de Metro (france) / par Jérôme Vermelin

Marion Cotillard est une actrice heureuse. Quelques heures avant l’avant-première à Paris de “Public Ennemies”, le nouveau film de Michael Mann dans lequel elle interprète Billie Frechette, la fiancée du gangster John Dillinger, incarné par Johnny Depp, la comédienne française a tenu une petite conférence de presse auquel Metro a assisté.

A propos de Michael Mann

« C’est un immense réalisateur, quelqu’un qui tourne des films d’homme dans lesquels les femmes ont toujours une place particulière. » (…) Je l’ai rencontré pendant la saison des prix qui précède les nominations aux Oscar. Mon agent américain m’avait expliqué qu’il m’avait vu dans « La Môme » et qu’il m’y avait beaucoup aimé. On s’est vu une première fois, puis une deuxième. La troisième fois, il m’a reçu avec Johnny Depp et il a pris des photos de nous ensemble. Lorsque je les ai quitté, je ne savais pas si j’allais avoir le rôle. En partant, l’assistante qui m’accompagnait au eu du mal à sortir la voiture du parking si bien que je me suis retrouvé nez à nez avec Michael et Johnny. Michael m’a fait venir et m’a alors dit que j’allais faire partie de l’aventure. Le même jour, j’apprenais que j’étais nominée aux Oscars… »

A propos de Johnny Depp

« Johnny est un vrai gentleman. C’est quelqu’un qui a trouvé un équilibre dans sa vie de grande star américaine. Il est simple, facile d’accès et en même temps très créatif avec une espèce de folie. Sur le tournage il m’a beaucoup soutenu et je lui suis gré d’avoir fait parfois 30 prises de la même scène parce que je n’étais pas à l’aise avec mon accent. »

Le personnage de Dillinger, joué par Depp :

« Je ne connaissais rien du personnage avant de lire le scénario, puis le livre qui a inspiré le film. C’est un pur produit de l’Amérique des années 1930 et de cette période qu’on appelle la Grande dépression. Un homme qui pour une erreur de jeunesse a passé dix en prison et lorsqu’il en sort, a essentiellement appris à braquer des banques ! Il avait beaucoup de charisme, il se souciait davantage des gens que beaucoup de gangsters. Il était très protecteur avec Billie Frechette. »

Son rôle, Billie Frechette, la fiancée de Dillinger :

« Michael Mann m’a fait rencontrer des femmes de prisonniers pour que je comprenne ce que ça fait d’aimer quelqu’un qui est hors la loi : l’attente, la peur de ne jamais se revoir… C’est devenu très vite très émouvant si bien que ces femmes m’ont nourri de leurs sentiments, davantage que de leur histoire. »

Jouer en anglais

« C’était l’aspect le plus dur car je savais dès le départ que je ne serais pas parfaite à 101%. J’ai pensé à Gong Li qui jouais une portoricaine dans « Miami Vice », ou à Jodie Foster qui jouait en Français dans « Un long dimanche de fiançailles ». Même si elles étaient excellentes, il restait toujours une petite touche de leur langue d’origine.

Travailler à Hollywood

« C’est une industrie énorme, une ville dans la ville. En même temps il n’y a pas plus de différence entre tourner un film français et un film américain qu’entre tourner une grosse production français et un petit film français… Chaque film est différent. Si je devais comparer Eric Dahan et Michael Mann ? Ils n’ont rien à voir. Dahan sculpte sur le plateau tandis Mann prépare tout à l’avance et donne vie à la sculpture sur le plateau.

L’empreinte de « La Môme »

Ca reste une expérience complexe. Avec ce film, je suis descendu profondément dans un personnage sans savoir comment j’allais remonter. D’ailleurs c’est ça qui fut le plus difficile : l’après. Je me suis dit que la prochaine fois, il faudra trouver les moyens de revenir à la surface. Avec « Public Ennemies », le tournage a pris moins de temps et j’ai eu plus de plages de temps pour remonter… »






 

Comment Form