Day: January 10, 2009

Marion Cotillard, World Champion

Originally published in Madame Figaro (France), January 10-16, 2009

translated by Ioana

World champion in the leading actress category ! Last year, “La Mome” won all the awards, Oscar included. Since then, Hollywood rolls out the red carpet at her feet and she’s worked with Johnny Depp and Daniel Day-Lewis. During a short stay in Paris, our French star humbly opened her heart to “Madame Figaro”.

The windows of the suite no 101 at the Meurice Hotel overlook the entire Tuileries Gardens, frozen under the cold December sun. But the splendid view is barely worth a glance when, on the king-size bed carefully arranged, Marion Cotillard’s body arches, bends and straightens out under the scrutiny of a few people: “La Mome” is in the middle of a photo shoot.

In that moment, she’s a daring “pocket Venus”, armed with an uninhibited satiny body, that only wants to show its provocative and sophisticated sensuality. “The photo with the jacket and the panties is next?”, someone shouts. Shortly after, Marion Cotillard joins us in the next room, wearing a white robe, fluffy slippers and hair curlers. She shares her sushi, is tempted by a cigarette, reveals herself with touching modesty.

Last year belonged to her, the year of a great triumph: world champion among actresses, for her dazzling portrayal of Edith Piaf, heart-breaking little girl and destructive monster, in Olivier Dahan’s biopic. She won everything: the Golden Globe, the BAFTA, the Cesar and, of course, the Oscar, scepter of the stars, reputedly unattainable for a non-anglo-saxon performer.

Since that ultimate triumph, in February 2008, “La Mome” Cotillard rarely set foot in France. She shot two American films back-to-back:
Michael Mann’s “Public Enemies”, a gangster movie with Johnny Depp, then “Nine”, directed by Rob Marshall, a musical with Nicole Kidman and Daniel Day-Lewis. That is, the very best of Hollywood. Marion Cotillard has a busy career, she’s a star in demand. That’s why the day she dedicated to “Madame Figaro” was truly exceptional.

In this photo session, we discovered an unusually sexy side of you…

I didn’t expect it, but the photographer knew exactly what he wanted and I like that. I prefer to be guided. However, I’m not relaxed when I play a nude scene in a film. The truth is I’m not comfortable with my own body, although I give the opposite impression.

Will you finally be able to “tame” your body ?

This may sound hard to believe, but I didn’t notice it until I was 25. For a long time, I ignored that special relationship that every woman has with her body. Looking back, I think it’s something I never learned. But this refusal also had its advantages: not being aware of my body, I didn’t have any physical complex, because I didn’t look at myself.

And what about seduction ?

I was never a seductress. Besides, I know very well that you’re the most seductive when you’re not trying to seduce. But I don’t take advantage of that side.

An actress has to make herself liked, doesn’t she ?

I’m at ease when I pass an audition: it’s the actress who takes control. But when I have to talk about myself… This is really not for me. I don’t know how to sell myself, I’m not a gifted speaker. When I don’t feel comfortable in a situation, I can’t act naturally and my mind blocks. The worst is on television. I make great efforts, but it’s useless. The television frightens me, it’s an insurmountable obstacle. When I have to do a talk-show, I’m so scared, that I lose all my energy, I become lifeless. I feel more at ease speaking English, because the foreign language creates a distance. Besides, when I’m interviewed in America, I feel that people are very kind to me.

Success can make you feel stronger and more beautiful, right?

In a way. When I meet directors who love my work, I become instantly relaxed. Since “La Mome”, I’ve begun to feel more reassured, but not too much. For example, I’ve just finished working on two American films and I was terrified. I told myself that everybody was going to think I’m an imposter… But that’s the beauty of this profession: each film is a new adventure, a new character that you can make your own, a new challenge. You can never rest on your laurels.

Not even when you’ve gathered a heap of rewards ?

Last year was amazing, but the best months of my life were during the filming of “La Mome”. It was an unforgettable experience, as if Piaf’s life had transported me in another dimension.

What did you think when you received the Oscar ?

I was in shock, a wonderful shock. Then, there was a brief but intense moment when I needed to be alone. I thought about Olivier Dahan, the director, about Edith Piaf. I especially remember sharing that with the people I love, with my brothers who had come to Los Angeles. As for the glamour of it… I packed my suitcase and went to bed early. I took the plane to Chicago at 4 in the morning, because I was expected on the set of Michael Mann’s movie. On the plane, I was feeling a mixture of intense joy and exhaustion…

A few days after the Oscars, an old interview of yours resurfaced, about the 9/11 attacks, where you expressed some doubts regarding the official theory. Much ado about nothing ?

It was aggressive, quite vicious and totally misinterpreted. Thinking that different perspectives can shed light on an event doesn’t mean that you support a certain theory.

Do you have enemies in France ?

If there are people who dislike me, they don’t come and tell me that. Jealousy ? Sometimes, I might want for myself a great role already given to someone else. Actually, not really: I’m a fatalist. I believe that, when you don’t get a certain part, then it wasn’t meant for you. I don’t have negative feelings: you have to move forward. Besides, I was very spoiled with “La Mome”…

Have you finally let go of Edith Piaf ? You were finding it hard to leave her behind.

Yes, she’s gone… but it took a while. I was mad at me, I felt ashamed that I couldn’t become myself again immediately. But this cycle helped me to overcome certain fears. The most important thing is that I’ve identified the fear and I’m dealing with it. The root of the evil is, no doubt, the lack of confidence. It stops me in my tracks and drives me forward, at the same time.

Where is the origin of this lack of confidence ?

It hasn’t left me since my adolescence. I was a troubled teenager, I had too many questions without answers. I talked very little and isolated myself. The others can’t love you, when you don’t love yourself, it’s like a spiral. I thought about therapy… I’m attracted to knowledge, but sometimes I am too impatient or I don’t have enough will to finish the things I begin. It was the theatre that helped me open up to others.

What are you most proud of ?

I’m very harsh with myself. With Piaf, I went all the way, and I was pretty satisfied.

Some predict a Hollywood career for you…

I like American cinema, but I could never leave France ! I love my country. I need to be here, I need Paris, the countryside, the people I love.

How does your life look after the Oscar ?

I spent almost six months in Chicago, filming “Public Enemies”, and now I’m about to finish “Nine”, in London, with Nicole Kidman and Penelope Cruz, who are really lovely people. Nicole Kidman is very funny, very simple, I admire her a lot. And I feel very close to Penelope Cruz: we’re the same age and we’ve had similar careers, although her notoriety is huge. The three of us have a lot in common: we are women thrown into a world of images.

Are you well armed for this profession ?

Yes, because success didn’t come when I was 20. I wouldn’t have been able to deal with it at that age. It took time. Besides, I protect myself. For instance, I don’t read what people write about me anymore.

The press leaves you alone, although you’re dating a famous actor (Guillaume Canet)…

It’s not a secret, we’re seen together, but I think it’s indecent to talk about that. Speaking about the details of your personal life, saying “It’s great !” or “It was horrible”… what’s the point ? I don’t talk about that, I refuse to feed the voyeurism and, so far, I don’t feel harassed.

Today, on a movie set, do you feel like a princess ?

Not at all. I feel like a member of a team.

One final thing: there is talk about a music album in 2009…

I don’t feel legitimate quite yet, but I’m slowly getting rid of that fear.
I play the bass guitar, I try to compose, but I’m not very talented. Or I write stuff that doesn’t suit me… too hardcore. In music, I love women of character: Janis Joplin, Regina Spektor. Yet again, I have to find my place.

On the cover of Madame Figaro

Marion Cotillard graces the cover of this weekend’s Madame Figaro!

I’ve added the article and the online pictures to the site.

Translation & original scans coming up soon!

Marion Cotillard Championne du monde

de Madame Figaro / par Richard Gianorio

Championne du monde des actrices ! L’an dernier La Môme a raflé toutes les récompenses Oscar compris. Depuis, Hollywood déroule son tapis rouge sous ses pieds, et elle a tourné avec Johnny Depp et Daniel Day-Lewis. De passage à Paris, notre “french star” s’est confiée en toute humilité à Madame Figaro.

Par les fenêtres de la suite no 101 de l’hôtel Meurice, l’œil parcourt la totalité du jardin des Tuileries, pétrifié par le soleil froid de décembre. La carte postale vaut à peine le coup d’œil quand, sur le lit « king size » que personne ne défera, le corps de Marion Cotillard se cambre, se plie, se redresse et se déplie devant un petit comité attentif : on photographie la Môme.

A cet instant-là, c’est une Vénus de poche résolue, armée d’un corps de satin désinhibé qui ne raconte pas d’autre histoire que celle de la volupté provocante et sophistiquée. « On fait la photo avec la veste et la culotte ? » crie quelqu’un. Peu après, Marion Cotillard vous rejoint dans une chambre contiguë en peignoir blanc, chaussons éponge et bigoudis sur la tête. Elle partage ses sushis, se laisserait bien tenter par une cigarette, se raconte avec une humilité attendrissante.

L’année écoulée a été la sienne, celle d’un sacre extraordinaire : championne du monde des actrices pour le biopic d’Olivier Dahan et son étourdissante composition d’Édith Piaf, petite fille poignante et monstre dévastateur. Elle a tout reçu, le Golden Globe, le Bafta, le césar et, bien sûr, l’oscar, sceptre des stars réputé totalement intouchable pour un acteur non anglo-saxon.

Depuis ce triomphe ultime, en février 2008, la môme Cotillard a quasiment déserté la France, enchaînant deux films américains : Public Enemies, de Michael Mann, un film de gangsters avec Johnny Depp, puis Nine, de Rob Marshall, une comédie musicale avec Nicole Kidman et Daniel Day-Lewis, soit la crème de la crème hollywoodienne. Marion Cotillard est une femme débordée et une star convoitée. A ce titre, la journée qu’elle a accordée à Madame Figaro est exceptionnelle.

Madame Figaro. – Sur cette séance photos, on vous découvre inhabituellement sexy…
Marion Cotillard –
Ce n’était pas prévu mais le photographe était directif et c’est ce qui me convient le mieux. J’aime être dirigée. Au cinéma, pourtant, je ne suis pas détendue en cas de scènes dénudées. La vérité, c’est que je ne suis pas à l’aise avec mon corps, même si je fais bien croire le contraire !

Ce corps, allez-vous finir par l’apprivoiser ?
Cela peut paraître incroyable, mais je ne l’ai guère remarqué avant mes 25 ans. Longtemps, j’ai éludé ce rapport particulier qu’ont toutes les femmes avec leur corps. Rétrospectivement, je crois que c’est une chose que je n’ai pas apprise. Ce déni ne présente pas que des inconvénients : n’ayant pas la conscience de mon corps, je n’avais pas vraiment de complexe physique puisque je ne me regardais pas…

Et quid de la séduction ?
Je n’ai jamais été dans la séduction et, en même temps, je sais très bien qu’il est séduisant de ne pas chercher à séduire ! Ce qui est sûr, c’est que je n’en joue pas.

Les actrices n’ont-elles pas l’obligation de plaire ?
Je suis sur mon terrain lorsque je passe des essais : là, c’est l’actrice qui s’exprime. En revanche, lorsqu’il s’agit de me raconter, je ne suis absolument pas faite pour ça. Je ne sais pas me vendre, je ne suis pas douée pour la prise de parole. Dès que je suis mal à l’aise dans une situation, je ne suis plus moi-même, et je bloque. Le pire, c’est la télévision. J’essaie de faire des efforts mais je n’y arrive pas. La télé me terrifie, c’est une épreuve quasiment insurmontable. J’ai peur quand j’arrive dans un talk-show : je m’éteins, je me ramollis… Je suis plus à l’aise en anglais car la langue crée une distance, et puis aux États-Unis, je ressens une vraie bienveillance quand je suis interviewée…

Le succès embellit et rend fort pourtant, non ?
D’une certaine manière. Lorsque je rencontre des réalisateurs qui ont aimé mon travail, je suis tout de suite plus détendue. Depuis la Môme, je suis un peu rassurée sur mon compte, mais pas tant que ça. Par exemple, je viens d’enchaîner deux films américains et j’étais terrifiée, je me disais qu’on allait se rendre compte que j’étais un imposteur… Mais c’est aussi ce qui fait la beauté de ce métier : chaque film est une nouvelle aventure, une nouvelle appropriation d’un personnage, un nouveau défi. On ne peut jamais se reposer sur ses lauriers…

Même quand on vient de récolter une moisson de récompenses ?
L’année a été étourdissante, mais les meilleurs mois de ma vie ont été ceux du tournage de la Môme. Cela reste inoubliable, comme si toute la vie de Piaf m’avait transportée ailleurs.

Qu’avez-vous pensé en recevant l’oscar ?
J’étais en état de choc, un choc très agréable à vivre. Ensuite, il y a eu un court moment, très fort, où j’ai ressenti le besoin de me retrouver seule, j’ai pensé à Olivier Dahan, le réalisateur, et à Édith Piaf. Je garde surtout en mémoire d’avoir partagé ça avec les gens que j’aime, et mes frères qui avaient fait le déplacement à Los Angeles. Quant au glamour… Je suis rentrée faire mes bagages et je me suis couchée tôt : j’ai attrapé un avion à 4 heures du matin pour Chicago, où m’attendait le tournage du film de Michael Mann. Dans l’avion, il y avait ce mélange d’intensité et de fatigue…

Au lendemain des oscars, on a exhumé une vieille interview de vous à propos des attentats du 11 Septembre, dans laquelle vous émettiez des doutes sur les théories officielles. Tempête dans un verre d’eau ?
C’était violent, assez malveillant et totalement déformé. Penser que différentes visions peuvent éclairer un moment ne revient pas à dire : « telle vision est la bonne ».

Avez-vous des inimitiés en France ?
Quand on ne m’aime pas, on ne vient pas me le dire… La jalousie ? Moi aussi, je peux avoir envie d’un très beau rôle attribué à une autre. Enfin, pas exactement : je suis très fataliste. J’ai admis que lorsqu’un rôle vous échappe, c’est qu’il n’est pas pour vous. Je ne suis jamais négative : il faut avancer. Et puis avec la Môme, j’ai été gâtée…

Vous êtes-vous enfin débarrassée d’Édith Piaf, que vous aviez du mal à quitter ?
Oui, elle est partie… mais cela a pris juste beaucoup de temps. Je m’en voulais, j’avais honte de ne pas redevenir immédiatement moi-même. Ce cycle m’a permis de dépasser certaines peurs. En fait, le plus important aujourd’hui, c’est que j’ai identifié la peur et que j’essaie d’y travailler. La racine du mal est sans doute le manque de confiance : c’est à la fois un frein et un moteur aussi.

A quand remonte ce manque de confiance ?
Depuis l’adolescence, il ne m’a pas quittée. J’ai été une ado tourmentée qui se posait trop de questions sans réponses. Je parlais très peu et je m’excluais : quand on ne s’aime pas, on ne vous aime pas, c’est un engrenage. J’ai envisagé des thérapies, je suis attirée par la connaissance, mais je suis parfois trop impatiente, ou velléitaire, pour mener à terme ce que j’entreprends. C’est le théâtre qui m’a ouverte aux autres.

De quoi êtes-vous le plus fière ?
Je suis particulièrement sévère avec moi. Piaf, je suis allée jusqu’au bout, et j’étais assez contente.

On vous prédit une carrière hollywoodienne…
J’aime le cinéma américain, mais jamais je ne pourrais quitter la France ! J’aime mon pays. J’ai besoin d’être ici, j’ai besoin de Paris, de la campagne, des gens que j’aime.

A quoi ressemble votre vie depuis votre oscar ?
J’ai passé environ six mois à Chicago pour tourner Public Enemies, et là, je termine Nine, à Londres, avec Nicole Kidman et Penélope Cruz, qui sont de très belles personnes. Nicole Kidman est super drôle, très simple, je l’admire beaucoup. Et je me sens très proche de Penélope Cruz ; on a le même âge et un parcours assez proche, même si sa notoriété à elle est énorme. On partage beaucoup de choses toutes les trois : nous sommes des femmes lancées dans un monde d’images.

Êtes-vous armée pour ce métier ?
Oui, parce que je n’ai pas réussi à 20 ans ; là, je n’aurais jamais assumé. Cela a pris du temps. Et puis, je me protège. Par exemple, je ne lis plus du tout ce qu’on écrit à mon sujet.

La presse vous laisse tranquille alors que vous sortez avec un acteur célèbre (NDLR : Guillaume Canet)…
Ce n’est pas un secret, on nous voit ensemble, mais je trouve indécent d’en parler. Raconter ses histoires personnelles dans le détail pour dire « c’est formidable » ou « c’était horrible », je ne vois pas l’intérêt. Voilà, je n’en parle pas, je n’ai aucune envie d’alimenter le voyeurisme et, jusque-là, je ne me sens pas traquée…

Aujourd’hui, sur un plateau de cinéma, vous sentez-vous une petite princesse ?
Pas du tout. Je me sens membre d’une équipe.

Une dernière chose : on annonce un album pour 2009…
Je ne me sens pas encore légitime, mais je me libère peu à peu. Je joue de la guitare-basse, j’essaie de composer, mais je ne suis pas très douée. Ou alors, j’écris des choses qui ne sont pas pour moi… Trop hardcore. En musique, j’aime les femmes de caractère, Janis Joplin, Regina Spektor. Là encore, je dois trouver ma place…