Welcome to Magnifique Marion Cotillard! Marion's best known for her award winning performance in La Vie en Rose, but you might also recognise her from movies such as Inception, Midnight in Paris, The Dark Knight Rises and The French Rust and Bone. Collecting nominations for her latest film Two Days, One Night and starring in the upcoming adaptation of Shakespeare's Macbeth, Marion Cotillard is finally making a comeback to leading roles. Not stopping at movies, Marion Cotillard is also exploring her musical talents, having toured with French rock band Yodelice and recorded a song and video with British band Metronomy. She's also taken over the fashion industry as the face of Lady Dior. All the while, she is never too busy for her family and to lend her time and name to causes she believes in. Enjoy your time here and keep checking back for all the latest news!
Mar 27, 08   Mia   0 Comment French Press

on 1 Jan, 1970

Tweet about this on Twitter0Share on TumblrPin on Pinterest0Share on Facebook0

de Le Point / par Constance Rondet

Une Orléanaise d’adoption couronnée à Hollywood. Récompensée aux césars pour sa saisissante interprétation de la chanteuse Edith Piaf, dans le film « La Môme », Marion Cotillard a aussi raflé le Bafta en Grande Bretagne, le Golden Globe et enfin l’oscar de la meilleure actrice aux Etats-Unis. C’est au conservatoire d’art dramatique d’Orléans que la jeune actrice a fait ses classes pendant trois ans. Ses parents, les comédiens et metteurs en scène Jean-Claude Cotillard et Niseema Theillaud, y étaient alors professeurs. S’il l’a sans conteste influencée, ce bagage familial ne lui a pas valu un traitement de faveur. « Quand Marion m’a dit qu’elle voulait entrer au Conservatoire, je lui ai répondu qu’elle n’avait qu’à passer le concours d’entrée », raconte Jean-Claude Cotillard, qui était responsable de la section art dramatique. A 16 ans, alors qu’elle est élève au lycée Voltaire, Marion devient la plus jeune admise au Conservatoire et l’un de ses meilleurs éléments. « La petite Cotillard était extrêmement douée , se souvient Nicole Mérouze, sa professeure d’art dramatique. Elle était très jolie mais elle avait en plus une présence, une personnalité. Elle sortait du lot. Elle était ambitieuse dans ses choix. Dans mon cours, elle avait choisi de travailler sur le rôle de la petite reine dans “Richard III” de Shakespeare. Un personnage difficile, au paroxysme des passions. » La carrière de l’ancienne élève ne surprend pas la professeure aujourd’hui retraitée : « J’étais sûre qu’elle ferait ce métier. Cela transpirait par tous les pores de sa peau. Ce n’est pas une flamme qu’elle a dans le regard, mais un foyer. Sur un plateau, elle y va à fond. Sa performance dans “La Môme” est stupéfiante, car Marion est physiquement à l’opposé du personnage de Piaf. »

Premier prix d’art dramatique. Ces années orléanaises sont, pour Marion Cotillard et ses deux frères, heureuses : « La ville est grande et en même temps tout le monde se connaît dans le milieu culturel, ça n’est jamais anonyme », note Jean-Claude Cotillard, actuel directeur de l’Ecole supérieure d’art dramatique de la Ville de Paris (Esad). Pour preuve de son attachement à la région, la famille a conservé une maison à Saint-Loup-des-Vignes, dans le Loiret.

Après avoir obtenu les félicitations à l’issue de la première année en juin 1992, Marion Cotillard décroche le premier prix d’art dramatique du Conservatoire deux ans plus tard. Jean-Marc Cochereau, l’ancien directeur de l’établissement, était alors le président du jury : « Il était très difficile de ne pas voir qu’elle était faite pour ce métier. Marion était une élève brillante avec un talent naturel et une présence. »

L’histoire entre l’actrice et Orléans ne s’est pas arrêtée à ces années d’apprentissage. En 2005, alors qu’elle est en plein tournage, Jean-Marc Cochereau l’engage pour tenir le rôle de Jeanne d’Arc dans l’oeuvre d’Arthur Honegger «Jeanne au bûcher». Un rôle parlé et chanté avec la participation de 265 chanteurs et musiciens des choeurs et de l’orchestre d’Orléans.

Treize ans auparavant, en 1992, c’est son père qui avait interprété le rôle de Frère Dominique, et sa mère, celui de Jeanne, dans le même oratorio. Assise au premier rang dans la cathédrale d’Orléans, Marion, âgée de 17 ans, n’avait pas perdu une miette du spectacle, qui l’avait beaucoup marquée. « A son tour, les 5 et 6 mai 2005, elle a été criante de vérité, elle a interprété Jeanne d’Arc avec ce qui caractérise son talent : la capacité à véhiculer une immense émotion », note Jean-Marc Cochereau.

« Les 3 000 spectateurs du palais des sports s’en souviennent encore. Tout comme les musiciens et les chanteurs qui ont participé à ces deux concerts , rappelle Catherine Mounier, l’administratrice de l’Orchestre symphonique d’Orléans. En acceptant ce rôle, Marion Cotillard nous a fait un très beau cadeau. »






 

Comment Form