Welcome to Magnifique Marion Cotillard! Marion's best known for her award winning performance in La Vie en Rose, but you might also recognise her from movies such as Inception, Midnight in Paris, The Dark Knight Rises and The French Rust and Bone. Collecting nominations for her latest film Two Days, One Night and starring in the upcoming adaptation of Shakespeare's Macbeth, Marion Cotillard is finally making a comeback to leading roles. Not stopping at movies, Marion Cotillard is also exploring her musical talents, having toured with French rock band Yodelice and recorded a song and video with British band Metronomy. She's also taken over the fashion industry as the face of Lady Dior. All the while, she is never too busy for her family and to lend her time and name to causes she believes in. Enjoy your time here and keep checking back for all the latest news!
Feb 25, 08   Mia   0 Comment French Press

on 1 Jan, 1970

Tweet about this on Twitter0Share on TumblrPin on Pinterest0Share on Facebook0

de Elle / par Florence Besson et Edouard Dutour

Elle a tout raflé ou presque…De récompenses en tapis rouges, l’étoile de la « Môme » ne cesse de briller. Nous avons mené l’enquête : pourquoi Marion Cotillard enflamme-t-elle ainsi le public… et Hollywood ?

Parce qu’elle en veut !

Et si le vrai secret de Marion Cotillard, c’était d’abord un féroce appétit de travail ? « Ce qui est magnifique, s’émeut Arnaud Desplechin, le premier à l’avoir repérée puis dirigée dans “Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle)”, c’est qu’elle se considère plus petite que son travail, elle est d’une humilité incroyable, au point de s’effacer devant la beauté qu’elle produit. » Pour « La Môme », où elle incarnait pour la première fois un personnage réel, elle s’est engagée avec frénésie, visionnant mille fois des interviews, avalant les biographies, acceptant sans mot dire les cinq heures quotidiennes de maquillage, avec faux crâne et prothèse dentaire, et les cours de chant jusqu’à l’épuisement, répétant à l’envi : « C’est quand c’est difficile que je prends du plaisir. » Il faut dire que Marion est une enfant de la balle, biberonnée au cinéma par son père metteur en scène et sa mère comédienne. Pour elle, devenir actrice n’était pas un rêve, mais une évidence. « Elle est incroyablement douée, mais aussi très travailleuse, s’extasie Ilan Goldman, producteur de “La Môme”. Souvent, les acteurs ont l’un ou l’autre, rarement les deux ! » Sa performance ne pouvait laisser Hollywood indifférent, comme l’explique Rebecca Leffler, correspondante en France pour « The Hollywood Reporter » : « Aux Etats-Unis, on sait que Marion est une bosseuse, et c’est une valeur capitale chez nous. »

Parce qu’elle est inclassable

« Marion dégage un drôle de charme… nous confie Guillaume Nicloux, qui l’a dirigée dans “Une affaire privée”. Quelque chose d’irrationnel, de l’ordre de la séduction. Elle stimule l’imaginaire, car elle reste inclassable, et offre un panel très large. » Une qualité idéale pour un metteur en scène, qui peut tout projeter sur elle. « Quand la caméra tourne, elle peut aller au-delà du rôle, reprend le réalisateur, elle apporte toujours quelque chose en plus, qui donne une formidable densité à son jeu. » De quoi s’agit-il ? De l’avis de tous, Marion sait être légère dans la tragédie, intense dans la douceur… Magie que ressent aussi Jean Paul Gaultier, qui s’y connaît en matière d’invitation au rêve : « Elle a cette dualité force-fragilité que j’ai vue chez les vraies stars, comme Madonna ou Deneuve. Et puis, comme avec toutes les grandes, il y a chez Marion cet éclat, cette lumière ! » Bref, une étoile sur la toile.

Parce que Cotillard, c’est Paris !

« Avec moi, Paris est toujours un peu là… » Cette phrase de la môme Piaf, Marion Cotillard pourrait presque la reprendre à son compte. Sur les traces d’Audrey Tautou, elle a su rallumer le mythe de la Parisienne : brune piquante, un brin rebelle et mélancolique comme une vue de Montmartre sous la pluie ! « Depuis ce rôle, elle incarne la France à elle toute seule, s’enthousiasme Jean Paul Gaultier, qui l’avait habillée dans “Un long dimanche de fiançailles”, film qui lui valut son césar du meilleur second rôle. Elle est devenue LA femme française, telle qu’on l’imagine à l’étranger : gouailleuse, mais chic, un peu titi, mais avec de la gentillesse. C’est le Paris canaille revu aujourd’hui. Je la vois bien avec des rayures, un petit foulard et une jupe fendue ! » Alors qu’outre-Atlantique les producteurs insistent pour lui imposer les conseils de moult stylistes, à l’instar de tous les people made in USA, Marion ne s’en laisse pas conter et refuse les diktats du « look-qui-fait-vendre-à-Hollywood », gardant au quotidien ce petit style que toutes les filles veulent avoir. Et elle a raison, à en croire le king Karl Lagerfeld : « Marion représente l’idée d’une Parisienne très française – notion un peu oubliée aujourd’hui – et très contemporaine en même temps. Beaucoup plus belle et plus “chic” que la pauvre Piaf, qui avait du génie, certes… »

Parce que c’est une bonne copine

Alors qu’elle se demandait comment quitter l’ombre d’Edith Piaf, Marion n’a pas joué les vedettes délirantes mais a suivi les conseils de son amie Sylvie Testud : « Mets une minijupe, fais-toi belle comme un coeur, raboule tes copines et va danser toute la nuit ! » Après quoi, la militante écolo a filé sac au dos au Pérou… Cette petite-fille de maraîcher, longtemps d’une timidité maladive, n’a d’autres plaisirs que de cultiver son potager et des amours discrètes. Après six ans d’un roman d’amitié, elle partage la vie de Guillaume Canet. « Marion est une fille très simple et très sympa avant tout », résume Guillaume Nicloux. Confirmation de Mélanie Laurent : « Un soir où je n’allais pas bien, elle a tout annulé pour venir me consoler avec une bouteille de rouge. » Une spontanéité qui n’est pas étrangère à sa sucess story américaine : « Autrefois, la star française, c’était Catherine Deneuve, une femme très chic mais froide, explique la Californienne Rebecca Leffler. Marion, au contraire, s’extasie devant ce qui lui arrive et répète sans cesse dans les shows télé : “I am so excited” ! Elle semble tellement accessible qu’elle a fait chavirer le coeur de tous les Américains jusque dans l’Iowa ! »

Parce qu’elle est « so french »…

Et si, au-delà du génie désormais reconnu de l’actrice, c’était le personnage d’Edith Piaf -cette image un peu trash, un peu triste, mais diablement envoûtante de la vieille Europe – qui s’était réveillé dans l’imaginaire des Américains, voire du monde entier ? « C’est vrai qu’on pourrait presque parler de nouvelle “nouvelle vague” aux Etats-Unis, constate Rebecca Leffler, tant la France passionne à nouveau. Mais je crois surtout que ce film, pourtant tellement français, incarne le rêve américain : “from rags to riches”, de la rue aux lustres. Piaf est partie de rien. Les Américains adorent ce genre d’histoire. » Et Marion Cotillard elle-même, emportée par la fougue d’Edith, réalise sa conquête de l’Ouest !

Because a star is born !

« Do you know Gérard Depardiou ?! » Longtemps, dans la catégorie superstar frenchie, il y a eu BB… et Gégé, même si les cinéphiles se plaisent aussi à évoquer Deneuve ou Binoche. Et si l’avènement de Marion Cotillard aux Etats-Unis symbolisait enfin un renouveau ? « Voir des acteurs de cette génération accéder à ce niveau de notoriété, ça fait rêver, et ça laisse à penser que finalement notre cinéma est ultravivant, » se réjouit Arnaud Desplechin. Reste à savoir comment l’actrice saura gérer son nouveau statut. John Nollet, son ami, qui l’a coiffée à travers le monde pour la promo de « La Vie en rose » (le titre du film à l’étranger), nous rassure : « Marion a le charisme des grandes. Comme souvent chez les stars de ce niveau, elle est charmante, respectueuse, très simple. » Mélanie Laurent confirme : « Elle a la capacité à être immense, et tout ce qui lui arrive ne la dépasse pas. » Le seul regret ? « Elle sera moins disponible pour tourner en France ! » soupire Guillaume Nicloux. Peu importe. Va Marion, et ne regrette rien !






 

Comment Form