Month: September 2005

A bird in the hand

from The Sunday Times (UK) / by Demetrios Matheou

It’s the role a French actress would kill for — that of national heroine and Little Sparrow Edith Piaf. But Marion Cotillard has never shrunk from a challenge: she’s even squaring up to Russell Crowe, says Demetrios Matheou

There’s a scene in the recent French film A Very Long Engagement you don’t forget in a hurry. A woman ties a man to a bed, straddles him, then shoots shards of glass into his flesh — all in the name of avenging her lost love. The film was hailed in all the pre-release hype as the reunion of Amélie’s gamine star, Audrey Tautou, and her director, Jean-Pierre Jeunet, but it was Marion Cotillard, the French actress playing the avenging angel, who caught the attention and stole the film. In fact, appearing in just a handful of scenes, Cotillard’s fabulous Corsican angel of death, Tina Lombardi — who uses disguise, deceit and sex to get to her victims — cried out for a whole film all to herself.

Cotillard was already a rising star in her country when she was cast in Jeunet’s film, thanks to her role in the three popular (if vacuous) Taxi films. Lombardi, however, won her a César award and has supercharged her rise to the top of a new generation of Gallic actresses making their mark both at home and abroad. She is currently filming A Good Year, in Provence, with the powerhouse duo of Ridley Scott and Russell Crowe; she then walks into the role of a lifetime for any French actress, playing Edith Piaf.

French women have always offered a certain je ne sais quoi for international audiences — today, as Cotillard acts opposite Crowe, Tautou is lending support to Tom Hanks in The Da Vinci Code. They can end up as little more than exotic wallpaper in Hollywood films (Emmanuelle Béart’s unhappy time on Mission: Impossible springs to mind), but, presumably, what brings them to the attention of American directors in the first place is the daring and edginess of their work on home turf. And the sultry, ingenious Lombardi is no exception on Cotillard’s already fat CV. “I do like extreme characters,” she admits, perching on the edge of her seat in a Paris hotel, “but I think they are extreme because they are full of passion — they are rich inside. Tina Lombardi was such a beautiful character. What I love in her is that she’s not a cliché of the femme fatale. She’s just a girl who loves her man and feels desperate about losing him. It’s not just about revenge. She is in that huge country, searching for something. She’s lost, destroyed inside.”

Cotillard actively wanted to vent some fury after her first Hollywood outing, in Tim Burton’s Big Fish, in which she played Albert Finney’s daughter-in-law, entranced by his outlandish stories. “I have noticed that a character always comes to me when I need it,” she says. “When I wanted to play a romantic comedy, one immediately came along. When I wanted to work with a director who gave me a passion for acting, Tim Burton asked me to do Big Fish. When I was making that film — and my character, Josephine, is very sweet — I knew my next need was anger. Then I read Jean-Pierre’s script. I was thinking, ‘Thank you, life, thank you again.’ I am still impressed by these coincidences.”

There you have a map of Cotillard’s contradictory character. She is a grateful enthusiast who believes she leads a charmed life, yet she is brave, seeking out dark roles wherever she can, and usually investing the seemingly frothy parts with a psychotic edge. The “romantic comedy” she mentioned, Love Me If You Dare, gave new meaning to the genre: she and Guillaume Canet play childhood sweethearts whose affection is demonstrated in dares that are vindictive and dangerous. She confesses that she is interested only in “complicated people”. I introduce her to the phrase “warts and all” and she grabs it. “Yes, I like people warts and all.”

Her beauty is of an elfin variety that suggests ambiguity and mystery beneath the happy, friendly exterior. Dressed today in blue jeans and a green T-shirt, with little bowed shoes, she could be just another gorgeous Parisian talking earnestly over an espresso, were it not for the sense of something knowing and secret in her eyes. Lucile Hadzihalilovic, who directed Cotillard in Innocence, her latest film to open in the UK, speaks of her “melancholy air”, and this quality is much to the fore in her performance in an altogether enigmatic, discomfiting and brilliant film.

Based on a short story by the German author Frank Wedekind, Innocence is set in a girls’ school in the middle of a forest, cut off from the world by a huge wall with no door. New pupils arrive through catacombs at the boarding school-cum-prison, where they are taught dance, physical education and biology; at night, the older ones perform in a theatre for an unseen audience. If they try to escape, they are confined to the school for ever. The film is so open to interpretation that I have to ask Cotillard, who plays the girls’ dance teacher, what she thinks it is about. While her English — learnt at school, in Berlitz classes, watching English films without the benefit of subtitles — is perfect, she is, for the first time, lost for words. Finally, she comes up with: “I think what attracted me to do it is that Lucile has that talent — to create strange atmospheres with very little. On the set, everyone had different interpretations. We didn’t really discuss it, but I think that mystery about what we were doing created a kind of complicity between us.”

Setting out to create a back story for her sad, leotarded instructor, she decided that Mlle Eva had been one of the girls confined to the school for ever. “I wanted her to be like a 12-year-old, a child who is playing at being a teacher, but is really much like the other girls, because she hasn’t seen anything of the world.” To add a little spice, though, she and her co-star, Hélène de Fougerolles, decided their fellow teachers were secretly in love with each other. “And maybe they do something about it, who knows?” she smiles. The pair had to work with 35 children, aged between 5 and 12. “It was a movie without any money, so we had to be quick. At the same time, when you work with children, you have to respect their rhythm. But it was not especially difficult, because the kids were impassioned. They had huge courage.”

She knows something about acting young. The daughter of two actors (her father, Jean-Claude Cotillard, is also a drama teacher), she started acting as a teenager. “When I was younger, I was shy, not at ease with myself,” she recalls. “I did not speak much. So my imagination was big. Then, one day, I started to act, and I realised it was my way of sharing things with people, to talk with them.” At first, she suffered from stage fright, but says she is beginning to accept it as “a normal part of acting”. But the attention she garnered when, at 23, Luc Besson cast her as the long-suffering girlfriend of the speed-freak taxi driver in the French smash hit Taxi was another matter. “The success of that was hard to handle at the beginning, partly because, although I kind of like those movies, that role was not one I would normally look for. I wanted a role like Tina Lombardi. It was a little bit weird — I was young and didn’t know anything. So I handled it in my way, with my rhythm, which is quite slow.”

Doing things their own way, often for good causes, seems a very French-actress thing: Bardot demonstrating for animal rights; Béart risking arrest for her political campaigning and her subsequent, less controversial work with Unicef. Cotillard has long been a spokesperson for Greenpeace, one of her more engaging stunts being to volunteer to have her home tested for toxic chemicals as part of the charity’s Vacuum Clean the Chemical Industry campaign. “I will quit Greenpeace when we don’t need Greenpeace any more,” she says. “I hope it will be before I die, but I’m not optimistic.”

She is 30 this month, but has already accumulated a great deal of experience, having worked with directors as different as the Frenchman Arnaud Desplechin and the maverick American Abel Ferrara (in his upcoming Mary, with Juliette Binoche, about a woman obsessed with Mary Magdalene). In Mary and Big Fish, she plays supporting roles, but A Good Year sees her squaring up as the lead opposite the formidable Crowe. Based on a book by Peter “A Year in Provence” Mayle, it features the Australian as a London banker who moves to France, where he has inherited a vineyard, only to encounter an American, played by Cotillard, who claims the land is hers. She is typically unassuming about her growing international career. “I have an agent in LA,” she says matter-of-factly, “and there are some propositions sometimes. But it is just as important to me to work with directors in Japan, or Spain, or Italy, as in America. Also, my career is not the only important thing for me. My work and my private life are inseparable. I can’t be happy in one if I’m not happy in the other. I wouldn’t sacrifice everything for my work, but I need it to nourish my personal life.”

Meanwhile, if squaring up to Crowe with an American accent seems daunting, taking on Piaf in La Môme (“Little Sparrow”, La Môme Piaf, was the singer’s stage name) is the sort of challenge French actresses would die for — and could well do so in the attempt. “I’m really, really excited,” she says, unsurprisingly, “but it’s scary, too. People who knew her are still alive. She was such a fantastic person. I can ’t mess it up.” She laughs. “I’m not allowed to. I have to be good.” Will she do her own singing? “I love to sing, but I’m not a singer,” she says with a glint in her eye. “Let’s be realistic. She had a unique voice. I can’t sing like her.” She hasn’t decided yet how much she will lip-synch and how much she will perform herself. Piaf’s life, though — raised in a brothel, blind for four years as a child, helping the French resistance, being accused of murdering her manager and dying of cancer at 47 — has the mixture of passion and despair on which Cotillard clearly thrives.

She agrees with a sigh that the whole of France will be watching her effort. “I feel like I’m at the foot of Everest and I have to climb it. But I will do it.” Rien de rien. Innocence opens on September 30

Le petit monde de Marion Cotillard !

de Marie Claire / par Emmanuelle Eyles

C’est une actrice délicate et forte, dont la puissance de jeu autorise les rôles les plus ambitieux. Marion Cotillard nous ouvre les portes d’un monde tout en clair-obscur…

Avec son teint de pêche, ses grands yeux bleus et sa voix enfantine, Marion Cotillard semble tout droit sortie d’un roman de Lewis Carroll. Et nous, haletants et essoufflés tel le lapin d'”Alice aux pays des merveilles”, nous avons gravi quatre à quatre les escaliers qui mènent à son petit monde sous les toits de Paris. Elle s’excuse en souriant, le ronronnement de son sèche-cheveux a couvert la sonnerie de l’interphone et elle a tardé à nous ouvrir sa porte. Soulagés, nous entrons dans un ravissant duplex où la lumière joue avec les putres et les clés de voûte. De grosses tablettes de chocolat noir traînent dans la cuisine et Marion nous invite à y croquer. Le chocolat, c’est son péché mignon, et elle avoue se relever la nuit pour inventer des gâteaux lorsque tout le monde dort. Fille de comédiens avec déjà douze ans de carrière derrière elle, marion a raflé le César du meilleur espoir féminin l’année dernière avec son rôle de huit minutes dans “Un long dimanche de fiançailles” de Jean-Pierre Jeunet. Depuis, elle enchaîne les tournages, et ses rôles dans les “Taxi” 2 et 3 de Gérard Krawczyk, produits par Luc Besson, sont désormais de l’histoire ancienne.

Au millieu du salon, en digne fille de saltimbanques, Marion a placé une vieille malle de costumes flanquée d’une grande pile de chapeaux et un grand mirroir juché sur un chevalet. Ce fragment de décor gardé de son enfance fait face à un piano droit qu’elle a qualifie de “vieux pote des coups de blues”. Une guirlande de roses, des tentures fleuries, de vieux éventails et des jumelles de théâtre en nacre donnent à l’appartement un air de boudoir suranné et charmant. Fragile et désarmante, Marion nous ouvre le carnet rose dans lequel elle note ses rêves et tire sur ses tiroirs qui débordent de photos d’enfance. En attendant de la retrouver dans “Ma vie en l’air” de Rémi Bezançon (en salles le 7 septembre), une comédie truculente sur un trentenaire qui a du mal à choisir la femme de sa vie, place au merveilleux petit monde de Marion Cotillard…

Marie Claire: Votre petit monde, c’est quoi?
Marion Cotillard :
Avant tout, ma famille. Je suis très proche de mes parents et de mes deux frères, que j’adore. J’ai été élevée dans une famille géniale, ouverte et généreuse. Tellement géniale que mon adolescence a été très difficile lorsque je me suis rendu compte que le monde n’était pas à la hauteur. Mon appartement fait aussi partie de mon petit monde. Je l’ai choisi parce qu’il est sous les toits, plein de poutres et de coins biscornus. En fait, toute ma vie, j’ai vécu au sommet. Petite, je vivais au 18e étage d’une tour de cité, en banlieue parisienne, ensuite tout en haut d’une maison, et maintenant dans ce duplex. Je suis incapable de concevoir de vivre sous quelqu’un!

M. C.: En quoi le monde extérieur vous a-t-il déçue lorsque vous étiez adolescente?
Marion Cotillard :
Dès l’âge de 9-10 ans, j’ai souffert de la jalousie de mes copines d’école qui enviaient je-ne-sais-quoi à ma super famille tellement ouverte et libre! Elles me faisaient payer cette liberté. J’ai appris à me méfier des gens et à m’en protéger. Pendant des années, je n’ai pas cru à l’amitié féminine. Entre 10 et 15 ans, je n’ai pratiquement plus parlé à qui que ce soit, hormis aux membres de ma famille. Je ne comprenais pas la jalousie de mon entourage car je me sentais insipide et sans caractère. J’avais envie d’être n’importe qui sauf moi-même, n’importe où sauf à ma place. Je me suis détestée pendant des années.

M. C.: C’est le théâtre qui vous a aidée à sortir de cette phase de mutisme?
Marion Cotillard :
Exactement. Avec le théâtre, j’ai recommencé à m’exprimer en employant des mots que d’autres avaient déjà utilisés. Parler redevenait simple pour moi. Le théâtre m’a aidée à retrouver les mots qui m’avaient tellement manqué, à m’ouvrir. Je suis allée au conservatoire d’Orléans pendant quatre ans. J’y ai rencontré Géraldine, ma meilleure amie, et j’ai remonté peu à peu la pente.

M. C.: A 29 ans, avez-vous l’impression de faire partie des adultes?
Marion Cotillard :
Oui et non. Je crois qu’il y a encore beaucoup d’enfance en moi. C’est vrai que j’ai des réactions de petite fille et ça me dérange de plus en plus… enfin, plus ou moins! J’ai tendance à faire le clown comme si j’avais 12 ans 1/2, car je suis une fille très ludique. Et c’est vrai que mon métier n’arrange pas les choses! Etre comédienne, c’est rester au fond de soi une petite fille émerveillée! Et puis, c’est quoi être adulte? Savoir prendre ses responsabilités? Moi, ça fait des années que je les prends, je fais ce métier depuis douze ans déjà et j’assume la responsabilité de ce choix. Depuis que j’ai 17-18 ans, je gagne ma vie: les années de galère et de flottement, ça fait pas mal grandir.

M. C.: C’était quoi, ses galères?
Marion Cotillard :
Quand vous arrivez jeune dans ce métier, les gens vous répètent souvent : «Tu sais, il faut que ça marche vite pour toi, parce qu’il y en a quinze derrière.» Il faut être forte, croire en sa place au soleil et continuer de penser que l’on va finir par se la faire. Quand vous ramez depuis un petit bout de temps et que vous voyez une comédienne débarquer et faire un film qui rafle tout, vous ne pouvez vous empêcher de penser : «Pourquoi pas moi?»

M. C.: Qu’est-ce que vous n’aimez toujours pas en vous?
Marion Cotillard :
Il me reste des résidus de peur des gens, des vieux réflexes qui remontent à mon adolescence. Cela me met mal à l’aise d’être parfois encore comme ça. J’ai aussi un côté fainéant que je n’aime pas. Je suis lente, très lente à la détente.

M. C.: Qu’est-ce qui vous a donné envie de suivre le chemin de vos parents?
Marion Cotillard :
Au départ, cela m’a fascinée de voir des adultes s’amuser en racontant des histoires. Mon père faisait aussi des spectacles pour enfants et emmenait sa compagnie partout dans le monde. Ces voyages nous faisaient rêver, mes frères et moi. Papa nous écrivait de Hong Kong, nous ramenait des ponchos du Pérou, etc. Mes parents étaient libres et passionnés.

M. C.: Est-ce que vous possédez des objets fétiches, des grigris?
Marion Cotillard :
J’en ai eu un pendant très longtemps et j’ai fini par l’offrir à quelqu’un que j’aimais énormément et qui allait très mal. C’était une grosse boule en verre que maman m’avait offerte. Elle était lourde, mais je l’emmenais partout avec moi. Le verre, c’est merveilleux : arriver à fabriquer du transparent et du pur en partant d’une matière aussi brute et opaque que le sable!

M. C.: Est-ce que vous avez des rituels?
Marion Cotillard :
J’essaie désespérément d’en avoir. J’aimerais installer des parenthèses dans mes journées, mais je n’y arrive pas car je ne sais pas m’organiser. Mon unique rituel c’est de m’étirer comme un chat le matin dans mon lit, et encore, il y a des matins où j’oublie!

M. C.: Votre journée idéale, c’est quoi?
Marion Cotillard :
Chez ma maman à la campagne, avec tous ses amis qui débarquent sans cesse. Buller toute l’après-midi dans son magnifique jardin au bord de la rivière. Il se passe toujours plein de choses : des amis viennent faire de la musique, d’autres viennent cuisiner, discuter. J’y apprends toujours quelque chose.

M. C.: C’est une journée comme vous en viviez enfant, non?
Marion Cotillard :
Oui, mais ça se renouvelle toujours, les gens qui y vont changent et évoluent.

M. C.: Votre règle de vie?
Marion Cotillard :
Apprendre au moins une chose par jour, soit dans un livre, soit lors d’une rencontre. Tout est bon à prendre et à assimiler. Je suis une «gourmande de la vie»!

M. C.: Qu’est-ce que vous aimez chez un homme?
Marion Cotillard :
Avant tout la simplicité. Ensuite, j’ai besoin d’être protégée, et c’est un sentiment nouveau pour moi.

M. C.: Beaucoup de gens savent désormais que vous êtes avec Sinclair. Cela vous embête-t-il?
Marion Cotillard :
Je ne veux vraiment pas en parler, par égard pour mon entourage et pour l’histoire d’amour qui a précédé. Les passions, il y a celles que l’on vit et les histoires passées. Pour mon ex-amoureux, c’est terriblement douloureux de voir ma nouvelle vie sentimentale déballée dans les journaux. Je suis bien consciente qu’il y a une partie de moi qui est publique, bien sûr, mais personne n’a le droit de toucher à mes histoires de cœur.

M. C.: Vous tournez dans beaucoup de premiers longs métrages. N’est-ce pas un peu casse-cou?
Marion Cotillard :
Ce n’est pas du tout réfléchi. A un moment donné, je tombe sur des histoires que j’ai envie de raconter et j’y vais. Mais c’est vrai que cela peut être épuisant de tourner avec des réalisateurs novices qui ne savent pas toujours comment travailler avec des acteurs. Un acteur sur un plateau, c’est une éponge, c’est quelqu’un d’hypersensible qu’il ne faut pas brusquer. Dès que j’ai rencontré Rémi Bezançon, le réalisateur de “Ma vie en l’air”, j’ai aimé la richesse de son imaginaire, son envie de partager les choses et son humilité. J’ai su qu’il aurait un beau regard sur ses comédiens, et je ne me suis pas trompée.

M. C.: Vous avez travaillé avec Tim Burton, aux Etats-Unis. Pouvez-vous me parler de lui et de son univers?
Marion Cotillard :
C’est un génie. Il sait comment tirer le meilleur de ses acteurs et a bien compris qu’il ne suffit pas d’appuyer sur des boutons pour obtenir des émotions. C’est quelqu’un qui a gardé le sens du merveilleux, j’ai adoré travailler avec lui. Et puis il est d’une délicatesse infinie : il m’a envoyé un tableau qu’il avait peint juste avant la sortie de «Big Fish» en France…

M. C.: J’ai remarqué beaucoup de petits elfes, de petits monstres et de marionnettes dans votre appartement. Le merveilleux fait définitivement partie de votre vie…
Marion Cotillard :
Oui, bien sûr. Ça remonte à l’enfance et aux histoires que mes parents me racontaient. Ils étaient très forts pour inventer des contes: mes frères et moi devions fournir deux ou trois éléments, et ils tricotaient au fur et à mesure des aventures avec ces morceaux-là.

M. C.: Pouvez-vous envisager un bébé dans votre petit monde?
Marion Cotillard :
Avant, cela m’était totalement inconcevable, tant le délabrement de notre planète et le fait que tout le monde s’en fiche me font flipper. Lâcher quelqu’un dans ce monde-là me paraissait impossible. Et puis j’ai rencontré des membres de Greenpeace, car j’ai voulu m’engager et faire quelque chose pour les autres. Dès la première réunion, je leur ai parlé de ma crainte d’enfanter. Ils m’ont répondu qu’au contraire, je devais faire un jour des enfants afin qu’ils puissent continuer plus tard mon combat, et cela m’a ouvert les yeux.

M. C.: Y a-t-il une phrase, ou un conseil qui vous aide à vivre?
Marion Cotillard :
Oui, une phrase de ma mère: «Dans la vie, tout est un cadeau. le problème, c’est que parfois, il est tellement mal emballé que tu ne vois pas que c’est un cadeau. Tu t’en aperçois plus tard.» Du coup, même les situations pénibles, je les vis à fond! Tant pis si l’emballage pue, je finis par y trouver un sens et en apprendre quelque chose.

M. C.: Comment gérez-vous la méchanceté des gens?
Marion Cotillard :
Par un grand éclat de rires! C’est ce que j’ai trouvé de mieux. Le rire est une jolie forme de mépris, qui met une distance entre la mesquinerie et moi.

M. C.: Vous tournez de plus en plus: quatre films prévus pour 2005, “La Môme”, un film d’Olivier Dahan sur Edith Piaf, six pour 2006. Comment vivez-vous cette accélération après douze ans de carrieère?
Marion Cotillard :
J’ai tourné tous les jours ces derniers mois, j’enchaîne les projets. Je suis très heureuse, car ce métier me fait toujours autant rêver. Mais il faut que je prenne du temps pour moi parce que si je ne vis rien, je n’aurai plus rien à raconter!