Your number one source for everything on the Oscar winning actress
073.jpg
071.jpg
072.jpg
067.jpg
068.jpg
070.jpg
069.jpg
065.jpg
066.jpg
063.jpg
064.jpg
With 93,000 + photos and still counting! More Photos
13
Jul 2005
French Press  •  By  •  0 Comments

de Loiret.com

Marion Cotillard était à Orléans, en mai dernier, pour incarner Jeanne d’Arc dans l’oratorio Jeanne au bûcher d’Arthur Honegger. En septembre, elle jouera le rôle d’Edith Piaf au cinéma. Rencontre.

A quelle occasion avez-vous accepté le rôle de Jeanne d’Arc, à Orléans, dans cet oratorio d’Honegger ?
Jean-Marc Cochereau l’avait reproposé à ma mère [NDLR : Niseema Theillaud, professeur d’art dramatique à Orléans], qui avait déjà tenu ce rôle voici douze ans dans les mêmes conditions. Elle a décliné son offre, en lui précisant qu’à son avis, je serais partante pour le reprendre… Ce qui était le cas. Je voulais depuis longtemps travailler avec Jean-Marc. Ce projet me tenait vraiment à coeur : Pour tous les tournages que j’ai accepté depuis que je lui ai dit oui, j’ai fait stipulé dans les clauses des contrats que je serais absente durant la semaine de répétition et de représentation de Jeanne ! C’est une formidable opportunité de travailler ainsi avec un orchestre, de voir une oeuvre se monter de toutes pièces… Je n’avais pas fait de théâtre depuis mon prix au Conservatoire d’Orléans. Participer à cet oratorio est une aventure unique, un très beau cadeau.

Que pensez-vous du personnage de Jeanne, telle que l’association des textes de Claudel et la musique d’Arthur Honegger la présente ?
C’est une fille toute simple, animée par une foi indestructible. Elle avance tout le temps, même dans le doute… je pense même que ses moments d’incertitude renforcent sa foi. Elle est habitée par une mission, pour laquelle elle se sent guidée par Dieu, par l’existence.

Vous avez vous-même traversé des épisodes de doute dans votre carrière ?
J’ai connu une période difficile, avant d’être appelée par Tim Burton pour Big Fish, puis récompensée pour le rôle de Tina Lombardi dans Un long dimanche de fiançailles. Je n’étais pas satisfaite par ce que je faisais à ce moment-là. Alors, au lieu de m’aigrir, j’ai décidé qu’il fallait bouger, retrouver une énergie bloquée quelque part. Si je n’avais pas fait ce travail sur moi-même, je pense que j’aurais fini par m’ennuyer, et décidé de passer à autre chose.

Ces rôles sont arrivés au bon moment ?
Je ne crois pas au hasard. Ces propositions, comme interpréter Jeanne aujourd’hui ou Edith Piaf [NDLR : tournage en septembre, sous la direction d’Olivier Dahan], n’arrivent pas à n’importe quel moment dans ma carrière. Piaf, par exemple, c’est un personnage que tout le monde a l’impression d’avoir connu. Chacun a son idée sur qui elle était, comment jouer ce rôle… Au-delà de la recherche, du travail de l’actrice pour tenir le rôle d’une chanteuse, il y a aussi ce fort désir d’incarnation. Il faut beaucoup d’abandon pour jouer Edith Piaf. Il faut s’effacer, disparaître derrière le personnage.

Est-ce que ce sont des rôles plus difficiles à tenir ?
Incarner un personnage qui a réellement existé, comme Jeanne d’Arc ou Edith Piaf, cela donne à mon travail d’actrice une dimension supplémentaire, qui m’attire énormément. Même si ces personnes nous ont quittés, il y a des vibrations qui sont encore perceptibles, une force qui demeure.

Marion Cotillard en six dates
1975 : Naissance à Paris.
1994 : 1er prix d’art dramatique au Conservatoire d’Orléans.
1998 : Actrice dans Taxi.
2003 : A l’affiche de Big Fish de Tim Burton.
2004 : Joue dans Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet.
2005 : César de la meilleure actrice dans un second rôle pour le film de Jeunet.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Leave a Reply