Your number one source for everything on the Oscar winning actress
073.jpg
071.jpg
072.jpg
067.jpg
068.jpg
070.jpg
069.jpg
065.jpg
066.jpg
063.jpg
064.jpg
With 93,000 + photos and still counting! More Photos
3
Mar 2004
French Press  •  By  •  0 Comments

de Le Parisien / par Alain Grasset

A 28 ans, Marion Cotillard, révélée par « Taxi », vient de réaliser un rêve : jouer sous la direction de Tim Burton. Elle est aujourd’hui à l’affiche de « Big Fish », une fable merveilleuse avec Ewan McGregor. Pas mal, pour une petite Française

TOUT REUSSIT à Marion Cotillard. Après le succès de « Jeux d’enfants » l’an dernier (plus d’un million d’entrées), l’actrice de 28 ans révélée par la trilogie des « Taxi » est au générique de « Big Fish », de Tim Burton, qui sort aujourd’hui dans 273 salles françaises après avoir bien marché aux Etats-Unis. Un premier film américain qui ne lui fait pas oublier l’Hexagone, où elle vient notamment d’achever le tournage d’« Un long dimanche de fiançailles », de Jean-Pierre Jeunet. Entretien. C’est la première fois que Tim Burton engage une Française. Comment avez-vous décroché ce rôle dans « Big Fish » ? Marion Cotillard. En décembre 2002, mon agent m’a prévenue que Tim Burton était à Paris afin de rencontrer des actrices. Un rendez-vous a été organisé et j’ai pu le voir durant une vingtaine de minutes. Il était décontracté, ouvert et il voulait surtout savoir qui j’étais. Pas trop surprise ? C’est l’un des plus grands réalisateurs américains… C’est mon idole ! « Beetlejuice » est l’un de mes films cultes. J’aime aussi « Edward aux mains d’argent » et « Mars attacks ». C’était un rêve. Je me suis retrouvée en tête à tête avec lui et ça s’est super bien passé. Je croyais en mes chances. Surtout qu’on m’a demandé de me faire filmer pour deux scènes et d’envoyer les cassettes très vite à la production, à Los Angeles. La réponse s’est-elle fait attendre ? Un mois après notre entretien parisien, alors que je commençais la promotion de « Taxi 3 » (NDLR : sorti en février 2003) et que je ne pensais plus à « Big Fish », j’ai reçu un coup de fil de mon agent me laissant entendre que Tim Burton et son producteur étaient contents de mes essais. Le lendemain matin, j’apprenais que j’étais engagée et que je partais trois semaines plus tard pour Montgomery, dans l’Alabama ! Vous jouez l’épouse du héros, incarné par Billy Crudup. Qu’est-ce qui vous a plu dans le rôle de Josephine ? C’est peut-être le personnage le plus normal du film ! Elle est enceinte et elle accompagne son mari dans un voyage très spécial pour lui… En tant qu’Européenne, elle voit les choses de la vie et de l’amour assez différemment de sa belle-famille américaine. Ça me plaisait de défendre ça dans « Big Fish ». Comment s’est déroulé votre premier tournage américain ? Je n’avais pas l’impression de faire une superproduction pour un grand studio comme la Columbia, et ce malgré un budget très important (NDLR : 80 millions de dollars) . Ça restait à échelle humaine. Tim Burton est un cinéaste très indépendant et privilégie avant tout les rapports avec ses acteurs. J’ai noué de bons contacts avec ces derniers, on dînait souvent ensemble, je me suis bien intégrée à l’équipe. En fait, j’ai passé deux mois merveilleux en Alabama, avant de venir tourner une semaine à Paris. Là, c’est Tim Burton qui était heureux. Il me demandait des adresses de restos ! On vous retrouvera en octobre dans « Un long dimanche de fiançailles », du réalisateur d’« Amélie Poulain »… Un cadeau ! C’est un grand film d’époque, avec gros moyens financiers et techniques, dont Audrey Tautou et Gaspard Ulliel sont les interprètes principaux. Une expérience vraiment enrichissante sous la direction de Jean-Pierre Jeunet. Mais chut ! Je n’ai pas encore le droit d’en parler…

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
Leave a Reply